Bouches-du-Rhône: une plateforme logistique perturbée par des opposants à la loi Travail

© 2016 AFP

— 

La CGT est engagée dans un bras-de-fer avec le gouvernement sur la loi travail
La CGT est engagée dans un bras-de-fer avec le gouvernement sur la loi travail — GUILLAUME SOUVANT AFP

Plusieurs centaines de militants opposés à la loi El Khomri perturbaient mardi matin l'accès à une plateforme logistique de Miramas, dans les Bouches-du-Rhône, à l'appel de la CGT, a constaté un journaliste de l'AFP.

L'opération, aux abords de la plateforme logistique Clesud, qui approvisionne notamment la grande distribution, a commencé vers 06H00.

Les syndicalistes, venus de plusieurs entreprises de la région, distribuaient des tracts aux automobilistes qui entraient et sortaient, tandis que, vers 09H30, huit camions attendaient de pouvoir pénétrer dans la zone.

«Ce n'est pas un blocage mais il y a des perturbations. On se battra jusqu'au retrait de la loi» travail, a déclaré à l'AFP Maxime Picard, l'un des responsables de l’union départementale de la CGT 13.

Outre cette opération, deux des trois raffineries des Bouches-du-Rhône, celle d'Ineos à Lavéra et la raffinerie de Provence (groupe Total) à La Mède, étaient toujours à l'arrêt, «pas une goutte» de carburant n'y étant produite, a précisé M. Picard.

La troisième raffinerie, celle d'Exxonmobil à Fos-sur-Mer, était perturbée, et la grève, prévue au moins jusqu'à jeudi, se poursuivait au terminal pétrolier du Grand port maritime de Marseille, a-t-il ajouté.

Une trentaine de navires pétroliers étaient bloqués au large du terminal dans la journée de lundi à cause de ce mouvement, a précisé une porte-parole du port, soulignant que les activités non-pétrolières n'étaient pas touchées.