Blocage des quotidiens: Gattaz compare la CGT-Livre à « une dictature stalinienne»

SOCIAL Dans un entretien accordé au journal Le Monde, le patron des patrons revient sur la non-parution des quotidiens français jeudi dernier…

20 Minutes avec AFP

— 

Pierre Gattaz, le 20 mai 2016 à Paris.
Pierre Gattaz, le 20 mai 2016 à Paris. — MARTIN BUREAU AFP

« Une dictature stalinienne ». C’est ce qu’a inspiré à Pierre Gattaz, le président du Medef, l’action du syndicat du livre-CGT, qui a empêché la parution jeudi des quotidiens qui « ont refusé de publier un tract » de la CGT.

>> A lire aussi : Les patrons de presse dénoncent la pression «scandaleuse» de la CGT

« Pour moi, le sigle CGT est égal à chômage »

Le patron des patrons risque cette comparaison dans une interview publiée par Le Monde lundi. Deux mois et demi après le début de la contestation de la loi Travail, Gattaz exprime le « ras-le-bol » des dirigeants d’entreprise et fustige la CGT qui, selon lui, « dérive », « se radicalise », « se politise ».

« Pour moi, le sigle CGT est égal à chômage », assure-t-il encore.

Critiquant l’attitude de la CGT dans le conflit contre la loi Travail, Pierre Gattaz a estimé que « faire respecter l’Etat de droit, c’est faire en sorte que les minorités qui se comportent un peu comme des voyous, comme des terroristes, ne bloquent pas tout le pays ».

Des propos « indignes et scandaleux », selon la CGT

« Parler de "terroristes", dans un pays qui a connu des vrais actes terroristes, ce sont des propos indignes et scandaleux du patron des patrons ! », s’est emporté Eric Aubin, négociateur CGT pour l’ assurance-chômage, à son arrivée au siège du Medef.

« On s’attend à ce qu’il refuse de négocier avec nous », a commenté le leader syndical avant le démarrage de la septième séance de négociation sur la convention d’assurance- chômage, censée être l’avant-dernière.

Pour la CGT, « c’est Pierre Gattaz qui mène le chantage » auprès du gouvernement sur la loi Travail, en « disant qu’il pourrait être amené à quitter la table des négociations ». « Tout est possible » à ce sujet, a déclaré Pierre Gattaz.