Vacances: 43% des Français ne partiront pas cet été

BUDGET Ceux qui auront la chance de partir en voyage dépenseront cependant plus d’argent, soit 2.233 euros, contre 2.181 en 2015…

20 minutes avec agence

— 

Illustration de la plage de Lacanau Océan.
Illustration de la plage de Lacanau Océan. — COUTIER BRUNO/SIPA

Ils étaient 37 %, en 2015, à déclarer se préparer à rester chez eux pendant les vacances d’été, cette année, 43 % des Français ne partiront pas en congés.

La faute à un budget trop serré, estiment les Français interrogés dans le cadre de l’édition 2016 du Baromètre Vacances Ipsos-Europ Assistance, rendu public ce mercredi. De leur côté, les professionnels du tourisme évoquent, eux, la menace terroriste qui plane sur le pays et « l’équation climat », devenue la principale préoccupation des Français qui tardent à booker leur « destination voyage ».

 

>> A lire aussi : Le classement des villes les moins chères pour partir en vacances

20 % des Français ne partiront pas du tout en vacances au cours de l’année 2016

Reste qu’au-delà des seuls congés estivaux, 20 % des Français ne partiront pas du tout en vacances au cours de l’année 2016. Un chiffre qui n’avait jamais été aussi bas.

Quant à celles et ceux qui auront la chance de passer l’été ailleurs que chez eux, la recherche d’économie se fait sérieusement sentir. Près d’un tiers des vacanciers aura recours au système D en se faisant héberger par des proches. 64 % des estivants partiront ainsi en France, où le coût des vacances est moins élevé.

Seuls les plus riches peuvent se permettre de voyager

Paradoxalement, le budget annuel moyen consacré par les Français à leurs vacances est en hausse, pour atteindre 2.233 euros, contre 2.181 en 2015. Une somme qui s’inscrit dans la lignée du budget moyen européen de 2.247 euros, mais supérieur à celui des Américains, qui s’élève à 1.892 euros en moyenne, et celui des Brésiliens, 905 euros, précise l’étude.

La chute du nombre de foyers français qui partiront en vacances implique que seuls les plus riches peuvent se permettre de voyager et, donc, de dépenser plus, analyse Economie Matin. A noter que cet « été sans bouger » dépasse les frontières de l’Hexagone puisque 46 % des Européens ne voyageront pas non plus cet été, soit 7 points de plus qu’en 2015.

 

>> A lire aussi : Le profil type des vacances des Français en 2015