Accord sur l'ouverture à la concurrence du courrier postal

EUROPE C'est ce qu'a annoncé la présidence portugaise. Le marché doit s'ouvrir à partir de...

— 

La France, qui a toujours traîné des pieds sur l'ouverture à la concurrence du courrier ordinaire, a jugé vendredi "raisonnable" d'arriver à un accord entre les 27 pays de l'UE lundi à Luxembourg.
La France, qui a toujours traîné des pieds sur l'ouverture à la concurrence du courrier ordinaire, a jugé vendredi "raisonnable" d'arriver à un accord entre les 27 pays de l'UE lundi à Luxembourg. — Stephane de Sakutin AFP/Archives

Les pays européens ont trouvé «un accord politique» lundi au Luxembourg pour ouvrir à la concurrence le courrier postal ordinaire, a annoncé la présidence portugaise. Un accord qui devrait faire grincer les syndicats.

S'inspirant de modifications adoptées en juillet par le Parlement européen, la présidence portugaise a soumis à l'approbation des ministres des Télécommunications de l'UE, réunis à Luxembourg, un report de deux ans, à début 2011, de l'ouverture à la concurrence du courrier ordinaire (lettres de moins de 50 grammes).

Selon la proposition de loi modifiée examinée lundi, les douze nouveaux Etats membres, entrés dans l'UE depuis 2004, disposeraient eux de deux ans supplémentaires, jusqu'au 31 décembre 2012, pour libéraliser totalement leurs services postaux.

Une autre clause permettrait aux Etats qui ont une faible population, une faible taille, ou encore une topographie particulièrement difficile (notamment ceux composés de multiples îles, comme la Grèce) de jouir de la même dérogation de deux ans.

Un compromis présenté il y a une semaine avait recueilli «un large consensus» parmi les délégations des pays membres. Plusieurs points devaient néanmoins être encore tranchés par les ministres lundi.