EDF doit reporter le projet Hinkley Point, martèle son ancien directeur financier

© 2016 AFP

— 

L'ex-directeur financier d'EDF, Thomas Piquemal, lors d'une audition à l'Assemblée nationale le 4 mai 2016
L'ex-directeur financier d'EDF, Thomas Piquemal, lors d'une audition à l'Assemblée nationale le 4 mai 2016 — ERIC PIERMONT AFP

L'ex-directeur financier d'EDF, Thomas Piquemal, s'est expliqué pour la première fois mercredi sur sa démission fracassante en mars, la justifiant par son incapacité à faire reporter le projet controversé de construction de deux EPR à Hinkley Point (Royaume-Uni), qu'il juge risqué pour les finances du géant de l'électricité.

«Je n'avais pas envie de partir d'EDF, une entreprise que j'ai tant aimé défendre pendant six ans sur tous les fronts», a dit en préambule M. Piquemal, auditionné par la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale.

Il a expliqué avoir démissionné «en désespoir de cause», incapable d'obtenir auprès du PDG Jean-Bernard Lévy un report de trois ans d'Hinkley Point, un projet de 18 milliards de livres (23 milliards d'euros) vivement contesté par les syndicats d'EDF, également favorables à un décalage.

«Qu'est-ce que trois ans pour un projet qui prend dix ans pour être construit, qui a 60 ans de durée de vie (...) plus vingt ans d'extension possible comme le font les Américains, c'est-à-dire un projet de 90 ans?», a fait valoir l'ancien grand argentier d'EDF.

Au contraire, le PDG avait estimé en avril que le projet est «mûr» et qu'un report le remettrait en cause dans sa totalité, faisant entrer EDF «dans une zone d'incertitude majeure».

Mais même si le projet est «stratégique» pour l'électricien, qui gère le premier parc nucléaire mondial, il n'est «pas faisable» dans les conditions d'activité actuelles, marquées depuis 2015 par un effondrement des prix de marché de l'électricité, a martelé Thomas Piquemal.

Les conditions mêmes du projet ont changé depuis la signature d'un accord franco-britannique en 2013: ce dernier a conditionné sa garantie de financement au démarrage du réacteur EPR de Flamanville (Manche), prévu fin 2018, et le constructeur nucléaire Areva a renoncé à sa participation de 10% en raison de ses propres déboires, obligeant EDF à consolider le gigantesque investissement dans ses comptes.

«Certes Hinkley Point ne représente que 15% des investissements d'EDF mais ce n'est pas le seul projet de cette nature dans lequel EDF investit», a indiqué Thomas Piquemal, évoquant les problèmes rencontrés à Flamanville mais aussi sur le chantier de l'EPR construit par Areva en Finlande.

- Le spectre d'Areva -

En tout, EDF a ainsi déjà investi 14 milliards d'euros dans la technologie française EPR, soit 58% de ses capitaux propres. Dans ce contexte, «rajouter un projet supplémentaire, Hinkley Point ou un autre, me semblait impossible. (...) Qui parierait 60%, 70% de son patrimoine sur une technologie dont on ne sait toujours pas si elle fonctionne alors que cela fait dix ans qu'on essaie de la construire?», a-t-il souligné.

De fait, l'ancien numéro deux du groupe a «parcouru le monde entier», en vain, dans l'espoir de trouver d'autres investisseurs prêts à s'engager dans Hinkley Point, aux côtés d'EDF et du chinois CGN, qui supportera un tiers de l'investissement.

Pour rendre le projet tenable, il a aussi proposé une prise de participation de la filière nucléaire française ou un «renforcement significatif des fonds propres», mais cette dernière proposition n'a pas non plus été retenue par la direction, car incompatible avec la volonté du PDG de lancer le projet dès janvier 2016.

Pour le directeur financier, ce souhait de Jean-Bernard Lévy de prendre une décision finale d'investissement sans plan de financement sécurisé aurait pu conduire le groupe à «se trouver dans la situation d'Areva, où il faut envisager une recapitalisation (...) lorsque l'entreprise est à quelques mois de la cessation de paiement».

Rejetant un tel scénario, «j'ai donc en âme et conscience décidé de ne pas le faire, et mardi 1er mars 2016, j'ai présenté ma démission», a-t-il poursuivi. «Qu'est-ce que j'aurais dû faire? Me taire? Y aller? J'aurais commis une faute professionnelle».

Depuis, EDF a annoncé fin avril que l'Etat français, son actionnaire principal, s'était engagé à le renflouer dans le cadre d'un projet d'augmentation de capital de 4 milliards d'euros, pour renforcer ses fonds propres et financer ses investissements.

Sous la pression des syndicats, le PDG d'EDF a aussi accepté de consulter le comité central d'entreprise (CCE), qui se réunira le 9 mai, décalant possiblement à septembre l'ultime feu vert au projet Hinkley Point, soutenu par Paris et Londres.