Jean-Paul Agon, patron de L'Oréal, est le mieux payé du CAC40

PALMARES Dans l'ensemble, les salaires des dirigeants des 40 entreprises de l’indice phare français ont augmenté de 4 % en 2015...

20 Minutes avec agence
— 
CEO of leading world cosmetics group L'Oreal, Jean-Paul Agon, left, gestures during a visit at L'oreal Headquarters in Clichy, north outskirts of Paris, France, Monday, Nov. 3, 2014. Paris-based cosmetics giant L’Oreal SA, Monday reports its revenue for the first nine months of 2014. (AP Photo/Francois Mori )/XFM108/911953255503/
/1411031636
CEO of leading world cosmetics group L'Oreal, Jean-Paul Agon, left, gestures during a visit at L'oreal Headquarters in Clichy, north outskirts of Paris, France, Monday, Nov. 3, 2014. Paris-based cosmetics giant L’Oreal SA, Monday reports its revenue for the first nine months of 2014. (AP Photo/Francois Mori )/XFM108/911953255503/ /1411031636 — Francois Mori/AP/SIPA

Le total des salaires des patrons des groupes du CAC 40 (fixe et variable) a atteint 93,6 millions d’euros en 2015. La moyenne s’élève à 2,34 millions, contre 2,25 millions un an plus tôt, soit une hausse de 4 %. Comme en 2014, la part fixe a souvent peu évolué. Elle s’élève en moyenne à 1,018 million, tandis que la variable se monte à 1,322 million.

Ce palmarès ne tient cependant pas compte des bonus différés

Ces chiffres, livrés ce jeudi par Les Echos, propulsent  Jean-Paul Agon en tête du classement des patrons les mieux payés du CAC40. En 2015, le patron de L’Oréal a ainsi touché 3,98 millions d’euros. Suit le président du directoire de Publicis Maurice Lévy (3,917 millions d’euros) qui a renoncé à tout fixe en 2012, rappelle le quotidien économique. Georges Plassat, PDG de Carrefour, arrive en troisième position, avec une rémunération quasi identique à celle de 2014, soit 3,75 millions d’euros.

Ce palmarès ne tient cependant pas compte des bonus différés, des options et des actions de performance. Des sommes subordonnées à la réalisation d’objectifs de performance et souvent très élevées qui seront versées dans plusieurs années.

Les bénéfices des entreprises du CAC 40 ont, eux, reculé de 7 %

Ainsi, si l’on intègre ces éléments différés, le directeur général de Sanofi Olivier Brandicourt coiffe au poteau Jean-Paul Agon avec ses 4,39 millions d’euros de rémunérations fixes et variables (y compris une prime d’arrivée de 2 millions d’euros). Un chiffre auxquelles s’ajoutent « non moins de 12,3 millions d’euros d’options et d’actions de performance attribuées au cours de l’exercice 2015, exerçables à terme si ses objectifs de performance sont atteints », croit savoir Les Echos.

 

>> A lire aussi : Nouveau record du nombre de milliardaires en France

 

Avec 3,35 millions d’euros et une valorisation des actions gratuites de performance de 6,07 millions d’euros, Bernard Arnault, PDG de LVMH, détrône également le patron de l’Oréal qui est relégué à la troisième place du podium.

A noter que, sur la même année 2015 et malgré ses salaires en hausse, les bénéfices des entreprises du CAC 40 ont, eux, reculé de 7 %, passant de 58,8 à 54,71 milliards d’euros.