«Panama Papers»: Le siège du cabinet d'avocats Mossack Fonseca perquisitionné

FISCALITE L’immeuble principal du cabinet était complètement cerné par la police…

20 Minutes avec AFP

— 

Les locaux de la firme Mossak Fonseca au Panama.
Les locaux de la firme Mossak Fonseca au Panama. — RODRIGO ARANGUA

Le scandale des « Panama papers » est loin d’être fini. La police panaméenne a perquisitionné ce mardi les locaux du cabinet d’avocats Mossack Fonseca, au cœur du scandale d’évasion fiscale « Panama papers ». « En ce moment sont menées une perquisition, une inspection visuelle et une fouille au siège de la société », a indiqué dans un communiqué le ministère public du Panama, précisant que des opérations semblables étaient en cours « dans des filiales du groupe ».

Le système financier panaméen fait l’objet de sévères critiques depuis la publication des « Panama Papers », une fuite de documents qui a révélé comment Mossack Fonseca créait des sociétés offshore pour des milliers de clients à travers le monde.

Lundi, les autorités fiscales du Pérou ont perquisitionné la filiale du cabinet à Lima pour y saisir des documents.

>> A lire aussi : Des services secrets de plusieurs pays mouillés par les «Panama Papers»

Le Panama menace la France de représailles diplomatiques 

Peu de temps avant la perquisition, le président du Panama Juan Carlos Varela a demandé au gouvernement français de « reconsidérer » sa décision de l’inclure à nouveaux sur la liste des paradis fiscaux, faute de quoi, le pays d’Amérique centrale exercera des mesures de représailles « diplomatiques ».

Le 8 avril, la France avait annoncé qu’elle replacerait en 2017 le Panama sur la liste des paradis fiscaux dont elle l’avait retiré en 2012 et demanderait à l’OCDE d’en faire autant.

De son côté, la Commission européenne a présenté un nouveau plan pour obliger les multinationales à la transparence fiscale, au moment où la pression pour davantage de transparence s’accentue.