Suède: Les prêts immobiliers désormais limités... à 105 ans

IMMOBILIER En 2013, il fallait en moyenne 140 ans à un Suédois pour rembourser son crédit...

20 Minutes avec agence

— 

Les immeubles dans le quartier de Rosengård, à Malmö, en Suède, qui abritent les immigrés, en juillet 2007
Les immeubles dans le quartier de Rosengård, à Malmö, en Suède, qui abritent les immigrés, en juillet 2007 — BJORN LINDGREN SCANPIX SWEDEN

A moins d’imaginer que chacun puisse un jour souffler plus de 100 bougies, il devrait y avoir un problème économique de taille en Suède. Le parlement vient en effet d’y adopter une loi qui limite… à 105 ans la durée théorique de remboursement d’un prêt immobilier.

Les Suédois laissaient la note à leurs héritiers

Cette nouvelle disposition entrera en vigueur le 1er juin 2016 et en finira avec cette durée illimitée des crédits qui règne pour le moment dans le pays. Des crédits « sans limite » qui permettaient aux Suédois de s’engager à rembourser leur dû sur de longues durées et souvent à laisser la note à leurs héritiers.

Selon le régulateur financier, la durée moyenne théorique d’un crédit immobilier approchait les 140 ans en 2013 en Suède. Plus inquiétant encore, 32 % des prêts immobiliers contractés en 2014 ne permettaient qu’un remboursement des intérêts, laissant le capital intact, précise Le Figaro, en s’appuyant sur une enquête du quotidien Aftonbladet.

 

 

>> A lire aussi : L'encadrement des loyers à Stockholm, ça fonctionne?

 

Une dette équivalant, en moyenne, à 366 % du revenu disponible annuel

Face à cette évolution dans la « culture du remboursement », les banques locales se montrent, elles, frileuses. Hans Lindberg, directeur général de l’Association bancaire, a même affirmé que cette loi « va donner des emprunts plus chers et moins bons ».

En Suède, les prix de l’immobilier ont tellement flambé ces dernières années que les ménages suédois sont parmi les plus endettés d’Europe. Les familles ayant contracté un emprunt immobilier ont ainsi une dette équivalant, en moyenne, à 366 % de leur revenu disponible annuel.

 

>> A lire aussi : Comment bien négocier son crédit immobilier ?