Pourquoi la baisse historique des taux de la BCE devrait doper le marché immobilier

BANQUE La BCE a annoncé ce jeudi une série de mesures destinée à soutenir la zone euro, avec des conséquences quasi-immédiates pour les secteurs bancaire et immobilier...

William Pereira

— 

Mario Dragi, président de la Banque Centrale Européenne
Mario Dragi, président de la Banque Centrale Européenne — Michael Probst/AP/SIPA

« C’est une surprise on ne s’attendait pas à une telle baisse. On ne s’attendait pas à un taux nul. » Comme beaucoup d’experts, Sandrine Allonier, directrice des relations bancaires chez Vousfinancer.com, a accueilli avec enthousiasme ce jeudi l’annonce de la baisse des taux directeurs de la BCE de 0,05 à 0 %. « C’est une très bonne nouvelle qui va conduire à de nouveaux investissements », poursuit-elle.

Pour Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.com, « c’est un signe fort dans le sens où l’on soutient la zone euro. On dit aux banques : "il faut prêter aux particuliers et aux entreprises". Il est d’ailleurs important de souligner que les professionnels ne sont pas laissés de côté, au contraire. »

Emprunt immobilier : des taux à 1 % oui, mais pas pour tous

Outre les banques, ces mesures annoncées par le président de la BCE Mario Draghi vont directement impacter le marché de l’immobilier. Mais si les rumeurs concernant la possibilité de signer un crédit à guère plus d’1 % ne s’avèrent pas fausses, elles ne concerneront que les profils privilégiés. « On parle de profils qui bénéficient actuellement de taux à 1,40 % pour des emprunts sur 15 ans et 1,60 sur 20 ans », éclaircit Sandrine Allonier.

« Aujourd’hui, le taux moyen pour une personne lambda est à 2,15 % sur 20 ans, mais il n’est pas exclu qu’il passe à 2 % sur la même période. » D’après une simulation réalisée par Vousfinancer.com, la capacité totale d’emprunt sur 20 ans pour un remboursement mensuel de 1.000 euros (hors assurance) pourrait ainsi augmenter de près de 10.000 euros par rapport au mois de janvier 2016, d’ici juillet prochain.

Faut-il pour autant conseiller aux consommateurs de sauter sur l’occasion pour acheter un appartement ou une maison ? « Oui, mais seulement si vous avez un CDI en province et que vous comptez y rester », poursuit-elle. Effectivement la capitale demeure un monde à part. Actuellement évalué à 8.000 euros, le prix du mètre carré devrait poursuivre son envolée. « Ce contexte de taux bas risque d’alimenter la demande et de soutenir le niveau des prix de l’immobilier », complète Sandrine Allonier.

>> A lire aussi : Le pourquoi et comment des nouvelles mesures de la BCE

Le taux d’épargne revu à la baisse ?

Comme tout n’est pas rose, il y a évidemment une contrepartie majeure à l’abaissement historique des taux de la BCE, comme l’explique la directrice des relations bancaires chez Vousfinancer.com. « Le souci c’est que ce contexte pèse sur la rentabilité des banques. Elles ont beaucoup de mal à obtenir des marges avec de tels taux, d’autant que les taux des produits d’épargne des clients sont eux-mêmes déjà élevés ». Il ne serait donc pas étonnant que ces derniers tendent aussi vers le bas.

Mais à en croire Maël Bernier, la plus grande menace demeure le manque d’emplois stables. « A quel moment un jeune avec un emploi précaire peut avoir envie de contracter un emprunt à long cours ? », s’interroge-t-elle, avant d’en venir à la conclusion que « sans emplois, il n’y aura pas de reprise. Et sans relance, notre travail sera limité, nous ne sommes pas des fées clochettes. » Malgré cela, tout le monde est au moins d’accord sur un point : « on ne pourra pas dire que Mario Draghi n’aura pas essayé. »