Fonctionnaires: Les agents de Matignon sont les champions de l'absentéisme

TRAVAIL Contrairement aux idées reçues, les enseignants ne sont donc pas ceux qui répondent le moins à l'appel...

20 Minutes avec agence

— 

Hôtel de Matignon. Jacques Chirac intègre Matignon une première fois en 1974 sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, puis en 1986 sous celle de François Mitterrand.
Hôtel de Matignon. Jacques Chirac intègre Matignon une première fois en 1974 sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, puis en 1986 sous celle de François Mitterrand. — Sipa

Avec une moyenne de 10,2 journées de « congés de maladie ordinaire » (CMO) par an et par personne, ce sont les services du Premier ministre qui occupent la plus haute marche du podium de l’absentéisme dans les administrations.

>> A lire aussi : Pourquoi la France est-elle championne du monde de l'absentéisme?

Les personnels de l’hôtel Matignon devancent les fonctionnaires du ministère de la Justice (8,7 CMO par an et par employé) et ceux du ministère du Travail (8,5 CMO). Suivent deux autres ministères, celui de l’Economie et des Finances et celui de l’Intérieur. Ces chiffres issus de l’enquête Absentéisme pour raison de santé en 2012 et relayés par Le Figaro, montrent par ailleurs que les agents du ministère de la Culture sont les plus fidèles au poste.

Irrités par le non-remplacement des enseignants manquants

Autre information, et non des moindres : l’absentéisme des enseignants est inférieur à la moyenne observée dans l’ensemble de la fonction publique. Il existerait donc une nette différence entre la réalité des absences pour cause de maladie au sein de l’Education nationale et la perception qu’en ont les observateurs, au premier rang desquels on trouve les parents d’élèves.

>> A lire aussi : Education nationale: Qu'a fait le gouvernement pour mieux remplacer les profs absents?

Ces derniers sont d’ailleurs plus souvent irrités par le non-remplacement des enseignants manquants que par l’absentéisme en lui-même. Dans les écoles primaires, 15 % des absences, quelle que soit leur raison, ne font effectivement pas l’objet d’un remplacement. Le chiffre monte à 62 % pour les absences de courte durée dans le second degré.