4G: Bouygues Telecom et SFR épinglés par l'Autorité de régulation des télécoms

TELECOMS Les deux opérateurs se sont fait taper sur les doigts... 

20 Minutes avec AFP

— 

Les logos de Bouygues Telecom et SFR devant un magasin parisien.
Les logos de Bouygues Telecom et SFR devant un magasin parisien. — MATHIEU PATTIER/ SIPA/SIPA

Les opérateurs Bouygues Telecom et SFR ont été sommés jeudi par l’Autorité de régulation des télécoms (Arcep) de « respecter leur prochaine échéance » concernant la couverture en 4G des zones peu denses.

« Bouygues Telecom, Orange et SFR sont tenus d’assurer la couverture de 40 % de la population des zones peu denses d’ici le 17 janvier 2017. Au 1er janvier 2016, Bouygues Telecom et SFR déclaraient respectivement couvrir seulement 12 % et 8 % de cette même zone », a expliqué l’Arcep, soulignant qu’elle s’assurerait que ces obligations soient respectées.

Orange, qui a le même objectif de couverture, a atteint de son côté 33 % de la population de ces zones au 1er janvier. Quant à Free, il n’est pas concerné par une quelconque obligation en la matière.

Bouygues Telecom fait par de son étonnement

S’il « prend acte » de la décision de l’Arcep, Bouygues Telecom a fait part de « son étonnement devant le lancement de cette procédure ».

« Bouygues Telecom couvre en 4G, avec d’autres fréquences que les fréquences 800 MHz, une large partie des zones de déploiement prioritaire, ce que l’Arcep omet de préciser », a déclaré dans un communiqué le secrétaire général de l’opérateur, Didier Casas. De plus, il ne voit « aucune raison de penser, une année à l’avance que les jalons de couverture sur lesquels il s’est engagé pour les fréquences 800 MHz ne seront pas respectés ».

>> A lire aussi : « Pas d’obstacles pour le moment » au rachat de Bouygues Telecom par Orange

De son côté SFR a assuré que « nous respecterons » les échéances « conformément au plan de production communiqué à l’Arcep fin janvier ».

L’Arcep a défini les « zones peu denses » comme étant les 22.500 communes regroupant 18 % de la population mais représentant 63 % du territoire national avec une obligation, pour les opérateurs, d’y assurer une couverture qui va au-delà des centre-bourgs.

Dans le cadre du programme de couverture des zones blanches, les opérateurs ont également l’obligation de couvrir en 2G la totalité des centre-bourgs des communes répertoriées d’ici la fin de l’année, et en 3G d’ici fin juin 2017.