LSK: Une nouvelle plainte pour «escroquerie» vise Dominique Strauss-Kahn

JUSTICE Elle s'ajoute à deux autres plaintes datant de 2014 et qui avaient permis l'ouverture d'une enquête par le parquet de Paris...

20 Minutes avec agence
— 
Dominique Strauss-Kahn à Paris le 26 février 2013
Dominique Strauss-Kahn à Paris le 26 février 2013 — KENZO TRIBOUILLARD AFP

Les époux Urbach, qui estiment avoir été lésés par le fonds LSK, (Leyne, Strauss-Kahn and Partners), ont déposé plainte pour « escroquerie en bande organisée », « abus de confiance » et « diffusion d’information trompeuses » contre les anciens administrateurs de la société, dont fait partie Dominique Strauss-Kahn.

Cette nouvelle plainte relance donc cette affaire LSK qui avait déjà été alimentée par une plainte pour « escroquerie » déposée, en juillet 2014 par l’un des actionnaires du fonds et, quelques mois plus tard, par un homme d’affaires macédonien. Dans la foulée, une enquête préliminaire avait été ouverte par le parquet de Paris.

>> A lire : DSK au coeur d’une enquête préliminaire pour escroquerie et abus de biens sociaux

« Les dirigeants de LSK ont usé de manœuvres frauduleuses »

Le couple français, dont le mari est gravement handicapé, aurait investi fin août 2014, 1,140 million d’euros dans la société, pour participer à une augmentation de capital, estime que « les dirigeants de LSK ont usé de manœuvres frauduleuses ». Dans une plainte, déposée au Parquet de Paris en novembre dernier et que le quotidien Les Echos s’est procurée, il est indiqué que « plusieurs éléments de l’époque étaient de nature à encourager les époux à placer leur patrimoine dans la banque d’affaires ».

Contrairement à ce que croyait ce couple, « rassuré par la présence de DSK à la tête de la société depuis l’automne 2013 », dixit Les Echos, LSK n’obtiendra jamais l’agrément de banque. « Mais peu après l’investissement des Urbach, aucune suite ne sera réellement donnée par les dirigeants de LSK à leurs interrogations sur le sort réservé à leur épargne », soutient l’avocat des Urbach, Yohan Attal, qui assure que le couple a perdu « toute son épargne patrimoniale » en se lançant dans cette opération.

>> A lire : Tout savoir sur LSK, la nouvelle affaire dans laquelle apparaît le nom de DSK

L’avocat de DSK affirme ne pas être au courant de la plainte

Pour rappel, LSK a été déclarée en faillite en novembre 2014, quelques semaines après le suicide, à Tel-Aviv, de son fondateur et dirigeant, Thierry Leyne. DSK, qui vient d’ailleurs d’intégrer le conseil de surveillance de la banque Crédit Dniepr (propriété du milliardaire ukrainien Viktor Pintchouk), avait, lui, quitté la présidence de LSK en octobre.

Faute de pouvoir atteindre Thierry Leyne, Me Yohan Attal met donc en cause DSK qui « aurait dû avoir connaissance des procès-verbaux de son conseil d’administration […] dans la mesure où les décisions sont publiées » au Journal officiel du Luxembourg et « aurait dû a minima s’interroger » sur plusieurs points publiés dans ces documents. Jean Veil, l’avocat de DSK, aurait affirmé au journal Les Echos de ne pas être au courant de la plainte.