Emplois menacés: Quels sont les gros plans de restructuration à venir?

SOCIAL De nombreux plans sociaux ou plans de réorganisation vont faire disparaitre des milliers d'emplois en France dans les prochaines années...

Delphine Bancaud

— 

Les employés du laboratoire Servier manifestent contre les suppressions le 2 février 2016 à Suresnes
Les employés du laboratoire Servier manifestent contre les suppressions le 2 février 2016 à Suresnes — THOMAS SAMSON AFP

Les mauvaises nouvelles tombent en cascade depuis la fin de l’année 2015 et en ce début 2016. 20 Minutes fait le point sur les plans de restructuration qui risquent de supprimer des milliers d’emplois en France dans les prochaines années.

600 emplois vont disparaître chez Sanofi

Le géant pharmaceutique a annoncé mardi son intention de supprimer « environ 600 postes sur les trois prochaines années » en France, soit 2 % des effectifs, via des départs volontaires et le financement de pré-retraites. Ce projet « d’évolution de (l') organisation » ne « prévoit pas de fermeture d’usine et n’aura pas d’impact sur les effectifs de la R & D » (recherche et développement), assure le groupe dans un communiqué. L’entreprise veut recentrer son portefeuille d’activités et se réorganiser en cinq grandes unités commerciales. Selon la CGT et la CFDT, la filiale la plus touchée est la production pharmaceutique SWI (-400 postes occupés), devant la filiale commerciale SAF (-155), les services centraux siège SAG (-102).

Vallourec va supprimer 500 emplois de plus en France

Le fabricant de tubes, plombé par la chute des prix du pétrole, a annoncé lundi un nouveau plan de restructuration alourdi de 1.000 suppressions de postes en Europe, dont la moitié en France. Le plan de restructuration en Europe prévoit notamment la fermeture de deux laminoirs en France à Saint-Saulve (Nord) et Déville-les-Rouen (Seine-Maritime). En avril 2015, un premier plan prévoyait déjà la suppression de 2 000 emplois, dont 565 en France, sans recourir à des licenciements secs. « Nous allons essayer de faire au mieux pour qu’il n’y ait pas de licenciements secs, pas de départs contraints », a déclaré le président du directoire de Vallourec, Philippe Crouzet, mardi sur Radio Classique.


Philippe Crouzet, invité de l’économie (02/02… par radioclassique

STMicroelectronics prévoit de supprimer 430 emplois en France

Le fabricant franco-italien de semi conducteurs a annoncé la semaine dernière qu’il allait cesser le développement de nouveaux décodeurs numériques, une mesure qui doit se traduire par la suppression d’environ 1.400 emplois, dont 430 en France, via un plan de départs volontaires. Environ 150 postes seront supprimés dès cette année en France, a précisé l’entreprise.

EDF va supprimer 3.350 postes sans licenciement d’ici à 2018

Le géant de l’électricité EDF a annoncé mi janvier qu’il allait réduire ses effectifs de 5 % en France sur la période 2016-2018, sans licenciement, et réduire ses dépenses d’exploitation pour affronter un marché énergétique déprimé et mettre en oeuvre son plan stratégique. Les suppressions d’emplois concernaient les 67.000 effectifs d’EDF SA, soit environ 3.350 personnes sur le périmètre français du groupe. Les syndicats parlent, eux, de « 4.200 postes » supprimés.

610 postes condamnés chez Servier

Le groupe pharmaceutique français a annoncé fin novembre une restructuration drastique de son réseau de visite et de promotion médicale, qui entraînerait la suppression nette de 610 emplois en France, sur un total de 690 dans cette activité. Cette réorganisation « pour sauvegarder la compétitivité » de l’entreprise d’après la direction devrait être mise en oeuvre au second semestre 2016. Le projet doit être négocié jusqu’en avril, les syndicats réclament des mesures d’accompagnement et des indemnités « à la hauteur d’un plan social aussi massif ».


Le plan social du groupe Servier est… par Europe1fr