Les Internautes peuvent sauver la croissance

Guillaume Guichard

— 

Jacques Attali, qui fut un proche conseiller de  François Mitterrand, a raconté lundi matin sur i-TELE comment il avait fait la connaissance en 1982 de Nicolas Sarkozy, qu'il a décrit comme "un animal humain extraordinaire".
Jacques Attali, qui fut un proche conseiller de François Mitterrand, a raconté lundi matin sur i-TELE comment il avait fait la connaissance en 1982 de Nicolas Sarkozy, qu'il a décrit comme "un animal humain extraordinaire". — François Lo Presti AFP/Archives
Pour «libérer la croissance», Jacques Attali a regroupé dans la commission que lui a confié Nicolas Sarkozy un aréopage de personnalités internationales. Et les internautes. En effet, via le site de la Commission pour la libération de la croissance française, chacun pourra poster un commentaire pour participer aux travaux. Une initiative qui laisse les économistes blogueurs sceptiques.

«Des tonnes de doléances»

«Cela semble essentiellement publicitaire, dans la vogue des débats participatifs de la campagne électorale. Cela risque de se limiter à collecter quelques tonnes de doléances (je paie trop d'impôts, je ne suis pas assez aidé pour créer des emplois) sans intérêt», tranche d’office Alexandre Delaigue, un des blogueurs d’Econoclaste.

«Un peu de démocratie participative, c’est très à la mode. Mais ce ne sera pas efficace: à un moment donné, on a besoin d’expertise», ajoute Olivier Bouba-Olga, économiste à l’université de Poitiers contacté par 20Minutes.fr. «Après avoir vu les premiers commentaires, on peut voir que les gens sont de bonne volonté mais manquent de technique d’analyse de base, relève Anne Lavigne, économiste à l’université d’Orléans. Même s’il y a d’excellents posts de chercheurs confirmés.»

D’autres apprécient la démarche. Pour Etienne Wasmer, économiste à Sciences-Po Paris, c’est une bonne «méthode complémentaire à une analyse d’expert: cela permet de recueillir des témoignages intéressants et d’éviter d’oublier un aspect du problème. C’est dans cet esprit-là que je tiens mon blog». «Mais c’est de la démagogie de faire croire que cela peut remplacer la parole scientifique», s’empresse-t-il d’ajouter.

«Ingérable»

Pour tous, la limite réside dans l’exploitation de cette participation citoyenne. «Les experts liront les quinze premiers commentaires, après cela devient ingérable», reconnaît Etienne Wasmer. «Et puis, si une majorité de personnes s’expriment pour une idée, va-t-on pour autant l’adopter ?», s’interroge Olivier Bouba-Olga.

Vendredi dans l’après-midi, soit un jour après leur ouverture au public, les blogs de la Commission Attali enregistrait une quinzaine de commentaires chacun.

Alors, vous aussi, dites-nous, ci-dessous, comment vous doperiez la croissance...