Sarkozy veut écraser les prix

GRANDES SURFACES Le chef de l'Etat est en visite dans un hypermarché...

D'après AFP

— 

Après avoir donné des gages aux chefs d’entreprises, jeudi devant le Medef, Nicolas Sarkozy veut rassurer les consommateurs. «Un chef d'Etat digne de ce nom doit aussi aller au contact des gens, parler avec eux, qu'ils m'expliquent leurs problèmes, ce qui ne va pas. J'étais hier avec les chefs d'entreprise, je suis ici sur le terrain avec les consommateurs», a-t-il dit en se promenant dans les rayons d’un centre Leclerc des Yvelines.

Pourquoi ? «Avec l'euro les prix ont augmenté. C'est une réalité», a ajouté le président de la République qui estime que la hausse des prix «n'est pas toujours bien décrite par les indices officiels, mais les Français, eux, savent que ça augmente».

Pourquoi ici ? «Là où il y a des Français, c'est la place du président de la République de s'y trouver, et avant la rentrée scolaire, les gens sont dans les grandes surfaces», a ajouté Nicolas Sarkozy.

Que leur a-t-il annoncé ?
Une «réforme complète, avant la fin de l’année, des marges arrière (1) que j'avais initiée quand j'étais ministre des Finances». Pour rendre du pouvoir d’achat, il faut désormais achever la réforme de la loi Galland, votée en 1996, concernant le seuil de revente à perte, pour faire baisser les prix, répondant en partie aux attentes des distributeurs qui militent pour une plus grande liberté. «Mon rôle de président de la République, ce n'est pas simplement d'aller dans les conférences internationales ou de voir les grands de ce monde", a-t-il fait valoir

Qu’ont répondu les patrons des hypermarchés ?
«Depuis l'année dernière, il y a une guerre des prix entre distributeurs qui fait qu'on n'a pas besoin de l'intervention de ministres pour baisser les prix, puisqu'on le fait déjà au quotidien», a déclaré à l'AFP Philippe Boutron, président des enseignes Intermarché et Ecomarché.

«Laissez-nous faire notre travail de commerçant, laissez-nous négocier avec les fournisseurs, laissez-nous fixer nos prix», a lâché jeudi le président du directoire de Carrefour, José Luis Duran

«Pourvu que le gouvernement poursuive la réforme de la loi Galland et donne ainsi aux distributeurs les moyens de négocier les tarifs des fournisseurs, les prévisions d'inflation pour l'année 2007 et même pour le premier semestre 2008 devraient rester inférieures à 2% en hypermarché», prédit Michel-Edouard Leclerc.

«Depuis les accords Sarkozy de juin 2004 sur la baisse des prix,  la rentabilité sur le chiffre d'affaires est d'à peine 2%, affirme Serge Papin, le patron de Système U, dans une interview accordée au Monde, daté de samedi. Si on descend en dessous, on entre dans une zone de risque pour l'entreprise et donc pour l'emploi».

«On a le sentiment actuellement d'assister à un concours d'effets de manche. Il faut juste prévenir les hommes politiques que la campagne électorale est terminée», a ironisé Papin, qui a répondu au Monde avant la visite du chef de l’Etat au Leclerc. «Une fois encore, ajoute le patron de Système U, la distribution est prise comme bouc émissaire pour résoudre la question du pouvoir d'achat».

«Qu'il y ait un souci de pouvoir d'achat en France est incontestable, mais il s'agit avant tout d'un problème de revenus», a-t-il déclaré.