Carrefour propose de réintégrer une caissière licenciée pour ne pas avoir scanné un pack de bière

© 2016 AFP

— 

Le groupe de grande distribution Carrefour a annoncé mardi avoir signé un accord avec le groupe Rewe pour l'acquisition des 86 supermarchés de la société Billa Roumanie
Le groupe de grande distribution Carrefour a annoncé mardi avoir signé un accord avec le groupe Rewe pour l'acquisition des 86 supermarchés de la société Billa Roumanie — JACQUES DEMARTHON AFP

Il manquait 5,32 euros dans la caisse: une vendeuse d'un supermarché Carrefour Market de la région parisienne a été licenciée pour avoir omis de scanner un pack de bière et deux sacs plastique, avant finalement que la direction du distributeur ne propose de la réintégrer, a-t-on appris jeudi.

Ce soir du 22 décembre, cette vendeuse d'un magasin situé à Mézières-sur-Seine (Yvelines), reconnue travailleuse handicapée à 80%, «était très fatiguée»: «Elle a oublié de scanner un pack de bière Pelforth à 5,02 euros et deux sacs plastique à 15 centimes», rapporte à l'AFP Laurent Lamaury, délégué syndical national CGT pour Carrefour Market, confirmant une information du quotidien Le Parisien. L'employée est alors mise à pied.

Lors de son entretien préalable au licenciement, elle plaide «l'oubli», assure que ce n'était «pas volontaire», d'autant qu'elle savait qu'«un vigile n'était pas loin» et qu'elle a entendu le «bip» du scanner, selon ses dires. Pour la salariée, l'enseigne n'a subi aucun préjudice: le client a fini par payer les produits non scannés.

Malgré ses dénégations, la lettre de licenciement tombe le 18 janvier: la direction invoque un «comportement frauduleux» de sa caissière, estimant que c'est «volontairement» qu'elle n'a pas scanné la marchandise.

Employée depuis 2012, la vendeuse avait enchaîné les CDD et avait «même travaillé un mois sans contrat», ce qui a donné lieu à une intervention de la CGT pour faire requalifier son contrat en CDI, selon Touria Chouai, déléguée syndicale régionale CGT. Depuis, la caissière se disait «surveillée» par sa direction.

Cependant, l'affaire a rebondi jeudi en faveur de la salariée en fin d'après-midi.

«Après examen de la situation et compte tenu de l'ensemble des éléments, la direction de Carrefour Market a décidé de proposer à Madame Vanessa V. sa réintégration dans l'entreprise. Un rendez-vous est organisé avec elle demain (vendredi) matin», a indiqué à l'AFP la chaîne de magasins.

Un cadre dirigeant de l'enseigne devait rencontrer vendredi les délégués syndicaux et la caissière de ce magasin de Mézières-sur-Seine (Yvelines), pour trouver un «arrangement», avait indiqué auparavant l'intéressée.

Le syndicat a prévu un rassemblement de soutien samedi à 10H00 devant le magasin, tandis que la caissière a décidé de lancer une procédure devant le conseil de prud'hommes de Mantes-la-Jolie.