La Chine a connu l'an dernier sa pire croissance depuis vingt-cinq ans

CROISSANCE Le géant asiatique a vu son PIB ne croître «que» de 6,9% en 2015....

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration: panneau de la Bourse chinoise à Shanghai.
Illustration: panneau de la Bourse chinoise à Shanghai. — Wang Gang/Sipa Asia/SIPA

Coup de mou chez les durs. La croissance chinoise a ralenti en 2015 à son plus bas niveau depuis vingt-cinq ans, a annoncé mardi le gouvernement, confirmant l’essoufflement persistant de la deuxième économie mondiale qui exacerbe l’anxiété des marchés mondiaux.

>> A LIRE. Crise chinoise : Quelles conséquences sur l’économie française ?

Le produit intérieur brut (PIB) de la Chine a progressé de 6,9 % l’an dernier, a annoncé le Bureau national des statistiques, bien en deçà de la croissance de 7,3 % enregistrée en 2014 et en conformité avec la prévision médiane des 18 analystes sondés par l’AFP. C’est la plus faible performance du géant asiatique depuis 1990, année marquée par l’isolement du pays après l’écrasement sanglant des manifestations de Tiananmen.

Encore moins en 2016 ?

Comme attendu, la croissance a trébuché à 6,8 % au quatrième trimestre, contre 6,9 % au troisième. Des chiffres scrutés de près : même affaibli, le pays reste l’un des principaux moteurs de la croissance planétaire, l’acteur majeur du commerce international et un colossal consommateur de matières premières. La récente débâcle des Bourses chinoises avait entraîné dans leur sillage l’ensemble des places mondiales.

« L’économie chinoise est en phase de stabilisation, mais ne s’est pas encore stabilisée », a commenté pour l’AFP Liao Qun, analyste de Citic Bank. Au fil de 2015, les indicateurs sont restés largement dans le rouge : contraction de l’activité manufacturière, refroidissement du secteur immobilier, plongeon du commerce extérieur… Autant de piliers traditionnels de la croissance chinoise qui s’effritent.

Après avoir visé pour 2015 une croissance d'« environ 7 % », Pékin devrait, de l’avis général, abaisser sensiblement son objectif. Le panel d’analystes consulté par l’AFP table sur une expansion de 6,7 % en 2016.