Violences à Air France: Deux pilotes menacés d'une suspension de 15 jours

SOCIAL Les conseils de discipline ont proposé cette sanction que la direction valider ou pas…

D.B. avec AFP

— 

Roissy, le 5 octobre 2015. Xavier Broseta, chargé des Ressources humaines à Air France est exfiltré après avoir été pris à partie par des manifestants.
Roissy, le 5 octobre 2015. Xavier Broseta, chargé des Ressources humaines à Air France est exfiltré après avoir été pris à partie par des manifestants. — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Des sanctions minimales ont été proposées pour les deux pilotes d’Air France soupçonnés d’avoir facilité l’entrée des manifestants lors du comité central d’entreprise d’octobre. C’est au cours de celui-ci que deux dirigeants avaient vu leur chemise arrachée. Les conseils de discipline convoqués jeudi ont décidé une mise à pied de 15 jours sans solde.

Selon Air France, « la décision sera notifiée d’ici une dizaine de jours ». Les deux instances (l’une réunie le matin, l’autre l’après-midi) ont décidé de proposer ce niveau de sanction de premier degré, selon deux sources proches des pilotes.

Ces propositions doivent maintenant être transmises à la direction, qui peut les valider ou décider d’une sanction inférieure mais ne peut retenir une sanction supérieure, a précisé une source. Derniers salariés parmi les 18 au total visés par des sanctions disciplinaires, les deux pilotes mis à pied avec solde depuis mi-octobre encouraient la sanction maximale de 4 ans de blocage de carrière proposée par la direction.

Les pilotes contestent les intentions qui leur sont prêtées

Mais pour cela, la majorité des votes des membres des conseils, composés à parité de trois représentants des organisations syndicales et trois membres de la direction, était requise au premier tour de vote. A défaut d’accord, la sanction applicable est automatiquement réduite. Selon une des sources, la sanction minimale était une mise à pied de six jours sans solde.

A lire aussi : Violences à Air France : « Les salariés passent à des formes de pressions spectaculaires pour relancer la négociation »

La direction reproche à ces deux pilotes d’avoir ouvert, avec leurs badges d’accès, un portique de sécurité, pour permettre l’intrusion des salariés qui manifestaient le 5 octobre devant le siège de la compagnie contre l’annonce d’un plan de restructuration menaçant 3.000 emplois. Les pilotes contestent avoir eu cette intention.

Un syndicat appelle à débrayer

Alter (non représentatif, 9,85 % des voix), dont les deux pilotes sont membres, a maintenu jeudi son appel à la grève du 10 au 13 janvier pour dénoncer une procédure qu’il juge, « scandaleuse » et « à charge » destinée à « intimider » les salariés en « fabriqu (ant) d’autres boucs émissaires ». Les deux syndicats représentatifs, SNPL et Spaf, n’ont eux pas appelé à débrayer.

Les autres salariés d’Air France sanctionnés sont des personnels au sol. Sur cinq procédures de licenciements engagées, quatre ont été confirmées après le rejet de recours gracieux. L’inspection du travail doit rendre d’ici la fin janvier son avis à propos du cinquième dossier car il s’agit d’un délégué du personnel (CGT). Onze autres salariés à qui la direction reproche d’avoir secoué une grille d’accès ont écopé d’une mise à pied de 15 jours sans solde.

Sur le plan judiciaire, cinq salariés seront jugés le 27 mai devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour des faits de « violence en réunion » sur deux cadres et des vigiles et dix autres pour « dégradations ».