Crise financière: Paris et New York clôturent en hausse

BOURSE Suivez toute la journée l'évolution de la crise financière...

D'après AFP

— 

D'autres marchés d'Asie-Pacifique profitaient cependant de rebonds techniques, les investisseurs exploitant les lourdes chutes des derniers jours pour acheter des actions devenues très bon marché.
D'autres marchés d'Asie-Pacifique profitaient cependant de rebonds techniques, les investisseurs exploitant les lourdes chutes des derniers jours pour acheter des actions devenues très bon marché. — Toru Yamanaka AFP
22h14 La Bourse de New York a terminé en forte hausse vendredi, les investisseurs célébrant le coup de main de la banque centrale américaine (Fed), qui a abaissé l'un de ses taux directeurs: l'indice Dow Jones a pris 1,82% et le Nasdaq a gagné de 2,20%.

18h25:
La Bourse de Paris a cloturé en hausse vendredi, le CAC 40 gagnant 1,86% à 5.363,63. L'indice parisien a regagné 98,16 points, dans des échanges soutenus avec 13,2 milliards d'euros. La Bourse de Paris avait dévissé au cours des trois dernières séances, le CAC 40 cédant 1,63% mardi, 0,66% mercredi et 3,26% jeudi. Il reste en baisse de 3,2% depuis le début de l'année.

17h40:
Le relèvement d'un taux directeur de la Fed a réveillé les bourses européennes. Le CAC 40 gagne de plus de 2% à l'approche de la clôture. La bourse allemande progresse, elle, de 0,96% à 7.339 points, tandis que Londres est repassé au dessus du seuil des 6.000 points et gagne 3,23%, le plus fort gain sur les places du vieux continent. Wall Street calme pour sa part ses ardeurs de début de séance. Le Dow Jones gagne 0,69% à 4274,68 points et le Nasdaq 1,24% à 2481,38 points.

15h41:
La Bourse de New York ouvre en forte hausse. Dopés par la baisse du taux d'escompte de la banque centrale américaine (Fed), le Dow Jones prend 1,44%, tandis que le Nasdaq bondit de 2,26%.

14h52:
La Bourse de Paris a brusquement bondi en début d'après-midi alors que la Fed a pris les marchés par surprise en abaissant son taux d'escompte. Le CAC 40, qui progressait de 0,5% environ avant cette annonce, gagne 2,54% à 5.399,31 points vers 14h30.

14h50: La Banque centrale américaine, la Fed, abaisse en urgence un de ses taux d’intérêt, le taux d‘escompte, de 0,50 point, à 5,75 points. Cette décision, prise hors d'une réunion habituelle, est «l’effort le plus spectaculaire» de la Fed pour restaurer le calme sur les marchés, selon l’agence Associated Press. La situation serait pressante. «Même si l'économie continue de croître à un rythme modéré, le Comité juge que les risques pour la croissance se sont nettement accrus», juge la Fed. Le taux d’escompte, utilisé par la Fed dans ses prêts au jour le jour aux banques privées, n’est pas son taux de référence, le taux d’emprunt interbancaire, qui reste pour sa part fixé à 5,25%.

14h20:
La ministre de l'Economie Christine Lagarde a annoncé avoir reçu dans la matinée le directeur général de BNP Paribas, Beaudoin Prot, au sujet des trois fonds d'investissements gelés par la banque en raison de la crise des subprimes. «Je sais qu'ils font actuellement un travail actif pour procéder à la réouverture rapide de ces trois fonds», a-t-elle ajouté. Bercy «se soucie de ce que font les opérateurs», a expliqué la ministre de l'Economie. Les trois fonds en question sont adossés à des portefeuilles de créances liées à des crédits à risques «subprime». Ils représentent deux milliards d'euros.

12h42:
Ce n'est «pas nécessaire» de convoquer une réunion extraordinaire des pays du G7 à propos de la crise qui agite les marchés boursiers internationaux, a estimé un porte-parole du gouvernement allemand. Jeudi, Nicolas Sarkozy a demandé à ce que les ministres des finances du G7 préparent un rapport sur la transparence des marchés financiers d'ici leur prochaine réunion en octobre.

12h40:
A la mi-séance, la bourse de Paris oscille autour d’un retour à l’équilibre et perd 0,36%, après s’être maintenu en hausse dans la matinée. Les valeurs financières, comme les banques, regagnent du terrain. Société Générale regagnait par exemple 2,99%, Dexia 1,62% et BNP Paribas 1,06%. Concernant les autres places européennes, Francfort cède 0,38% et Londres 0,21%.

12h28:
L'exposition de la banque BNP Paribas aux crédits hypothécaires américains à risque «subprime» est limitée et gérable, a déclaré Alain Papiasse, responsable du pôle Asset Management & Services de la banque française. Il a ajouté que l'impact sur ses résultats trimestriels sera nul. BNP Paribas avait provoqué un vent de panique, jeudi dernier, en annonçant le gel de deux de ses fonds touchés par la crise du subprime apprès avoir déclaré dans un premier temps qu'elle n'ayait pas concerné par cette crise.

10h45: Paris sort du rouge après avoir touché le fond. Vendredi matin la bourse française a regagné 0,86% alors que Wall Street a fini quasi-stable jeudi soir. Le CAC 40 a donc rebondi légèrement après avoir atteint son niveau le plus bas depuis décembre 2006. Londres a repris 1,36% dans la matinée. Francfort a fait du sur-place à 0,09%.

10h30:
Dès septembre, le PS demandera au gouvernement des «explications» sur la crise financière et notamment sur ses «conséquences sur la croissance», a affirmé vendredi Julien Dray, porte-parole du PS dans Le Parisien. Il craint que l'injection de 250 milliards d'euros par la Banque centrale européenne dans le système financier provoque «un surenchérissement du crédit et donc de la consommation. Surtout à un moment où tous les clignotants de notre économie sont au rouge».

09h50:
Londres et Francfort ont ouvert en légère baisse, l'indice londonien Footsie-100 cédant 0,35% et le Dax allemand 0,39%.

09 heures -
La Bourse de Paris a ouvert en légère baisse vendredi, l'indice CAC 40 des principales valeurs de la place cédant 0,16%, à 5.256,86 points. La Bourse de Londres ouvre en hausse de 0,13% à 5.866,30 points. La Bourse de Francfort ouvre en baisse de 0,39%.

08 h 47 -
La ministre de l'Economie Christine Lagarde va demander des «explications» au directeur général de la banque BNP Paribas, qui a gelé trois fonds d'investissements en raison de la crise des subprimes.

BNP Paribas a gelé au début du mois trois fonds d'investissement adossés à des portefeuilles de créances, notamment des crédits immobiliers hypothécaires.

Cette décision a provoqué une onde de choc sur les marchés, les faisant fortement chuter, alors même que le directeur général du groupe, Baudouin Prot, avait assuré une semaine auparavant que la liquidité des trois fonds était «totalement assurée».


08 h 44 -
L'indice de la bourse de Bombay chute de 3,06% à la mi-journée vendredi, passant sous la barre des 14.000 points. «Les marchés pourraient encore chuter. A moins que la Réserve fédérale américaine prenne des mesures pour améliorer la situation, les valeurs pourraient prendre un nouveau coup», a expliqué Manoj Kakaiya, courtier chez ULJK Securities.

08 h 30 -
La ministre de l'Economie Christine Lagarde affirme que la crise boursière actuelle n'est «pas un krach» et invite les épargnants à «garder la tête froide», dans un entretien au «Parisien» de vendredi.«Tant qu'on n'a pas vendu, on n'a pas perdu, ont l'habitude de dire les boursiers».

08 heures
- L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a plongé vendredi de 5,42%, une de ses baisses les plus fortes des dernières années. Ce brutal redressement du yen pénalise les grandes sociétés exportatrices japonaises, dont les titres baissent en conséquence. De plus, des fonds d'investissement ayant perdu beaucoup d'argent dans les crédits «subprime» tentent de se renflouer en vendant des actions. L'indice Nikkei avait déjà perdu 1,99% jeudi et 2,19% mercredi.