La Bourse de Paris perd du terrain au terme d'une séance volatile

© 2015 AFP

— 

Le fronton du Palais Brongniart à Paris
Le fronton du Palais Brongniart à Paris — Thomas Coex AFP

La Bourse de Paris a terminé en net recul mercredi (-0,95%), au plus bas depuis la mi-octobre, après avoir hésité tout au long de la séance, perturbée notamment par les variations des cours du pétrole.

L'indice CAC 40 a perdu 44,41 points à 4.637,45 points, dans un volume d'échanges nourri de 4,0 milliards d'euros. La veille, il avait lâché 1,57%.

Parmi les autres marchés européens, Francfort a perdu 0,59% et Londres 0,14%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a perdu 0,61%.

Le marché s'est montré très erratique, démarrant en hausse avant de faire rapidement machine arrière et de perdre beaucoup de terrain. Il est ensuite parvenu à revenir brièvement dans le vert.

«Le marché a été soutenu par l'ouverture en hausse aux Etats-Unis mais il est difficile d'envisager un fort rebond des indices avant la réunion de la banque centrale américaine» la semaine prochaine, souligne Alexandre Baradez, analyste chez IG France.

Les cours du pétrole ont tenté de se reprendre, alors que les stocks de pétrole brut ont nettement baissé la semaine dernière aux Etats-Unis, surprenant les analystes.

«Même s'il y a un rebond à court terme du pétrole, le marché reste sous pression et craint une rechute», alors que le baril a chuté ces derniers jours en raison de l'immobilisme de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), note M. Baradez.

Pour les gérants chez Barclays Bourse, «ce qui est déstabilisant pour les investisseurs, c’est la rapidité et l'amplitude des mouvements observés sur les marchés actuellement», citant notamment le prix des matières premières ou encore les changes.

Le marché, qui a été perturbé par de récents indicateurs préoccupants sur la Chine, reste avant tout concentré sur les banques centrales, après une réunion décevante de la BCE (Banque centrale européenne) jeudi et en attendant la Réserve fédérale américaine (Fed).

Concernant la BCE, les propos d'un de ses membres, Ewald Nowotny «ont enfoncé le clou du discours de jeudi dernier et confirmé les craintes liées au fait qu'elle a agi moins que prévu», selon M. Baradez.

Le gouverneur de la banque d'Autriche et membre du Conseil de la BCE a critiqué les attentes «absurdes» et la «vaste erreur» des analystes qui tablaient sur des décisions plus fortes de la BCE en faveur de la croissance.

Parmi les valeurs, le secteur pétrolier a repris des couleurs. Total a gagné 0,93% à 42,83 euros, Technip 3,57% à 45,38 euros, Maurel et Prom 0,73% à 2,77 euros et Vallourec 4,56% à 8,73 euros.

les titres sensibles aux variations de change ont souffert de la hausse de l'euro, à l'image de Safran (-2,61% à 62,67 euros) et Airbus Group (-1,89% à 63,49 euros).

Le secteur automobile a résisté avec PSA Peugeot Citroën (-0,31% à 16,04 euros) et Renault (-0,17% à 92,03 euros), alors que l'allemand Volkswagen a déclaré ne pas avoir menti sur le niveau d'émission de CO2 de 800.000 voitures, contrairement à des déclarations précédentes, début novembre.

Areva a terminé presque stable (+0,02% à 6,01 euros), alors que le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a annoncé que le montant que l'Etat injectera dans le groupe, délesté de son activité réacteurs, serait finalement connu «au début de l'année 2016».

LDLC.com a pris 6,57% à 27,07 euros. Le distributeur en ligne de produits de haute technologie va revoir à la hausse ses objectifs de moyen terme, selon le fondateur Laurent de la Clergerie, après l'annonce de l'acquisition de son concurrent Materiel.net.

Air France-KLM a profité (+2,78% à 6,50 euros), d'un relèvement de recommandation à «surperformer» par RBC Capital. Groupe Eurotunnel (+1,69% à 11,71 euros) a bénéficié également d'un relèvement de la sienne par Goldman Sachs, à «acheter» contre «neutre» auparavant.

Eiffage a pris 1,00% à 57,44 euros. Benoît de Ruffray, le directeur général d'une filiale de Vinci Construction, a été nommé président-directeur général, succédant à Pierre Berger brutalement décédé fin octobre à l'âge de 47 ans.

Dassault Aviation a fortement progressé (+5,38% à 1.078,40 euros) grâce à une note du courtier Exane-BNP Paribas.

Enfin, Showroomprivé a terminé en hausse (+2,79% à 18,40 euros), après plusieurs commentaires d'analystes favorables.

Cac 40 (Euronext)