La compagnie minière britannique Anglo American a annoncé mardi qu'elle allait drastiquement réduire ses effectifs, qui passeront de 135.000 actuellement à moins de 50.000
La compagnie minière britannique Anglo American a annoncé mardi qu'elle allait drastiquement réduire ses effectifs, qui passeront de 135.000 actuellement à moins de 50.000 — BEN STANSALL AFP

Économie

Les compagnies minières contraintes de réduire la voilure face à la chute des cours

Les grandes compagnies minières sont contraintes de réduire ...

Les grandes compagnies minières sont contraintes de réduire la voilure dans un contexte de chute des cours du minerai de fer et des métaux industriels, à l'image d'Anglo American qui a annoncé mardi des mesures d'économie et une réduction drastique d'effectifs.

Le secteur est victime d'une surabondance de l'offre alimentée par les géants du secteurs, couplée à une baisse de la demande originaire de Chine, la deuxième économie du monde.

Le minerai de fer - utilisé pour fabriquer de l'acier - est passé sous les 40 dollars la tonne, selon l'indice de référence portant sur les livraisons au port chinois de Qingdao, compilé par Metal Bulletin.

Entre le début de l'année et fin novembre, les cours du nickel ont plongé de 38%, le minerai de fer de 33%, le cuivre de 29%, le platine de 25% et les diamants de 15%, estime Anglo American, l'un des grands producteurs miniers.

Et ce contexte difficile devrait durer, jugent les experts.

«A l'approche de 2016 il est clair que la surcapacité de ces dernières années dans le secteur minier va prendre du temps à se résorber» tandis que «la demande chinoise devrait rester faible», souligne Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Pour s'adapter, les compagnies minières annoncent des mesures drastiques.

Anglo American, une multinationale basée à Londres, a annoncé mardi une restructuration «radicale», prévoyant des cessions d'actifs, de nouvelles économies et une réduction des investissements.

A l'issue de cette cure d'amaigrissement, le groupe comptera moins de 50.000 employés contre 135.000 aujourd'hui, une réduction de deux-tiers de ses effectifs.

«La sévérité de la détérioration des cours des matières premières nécessite des mesures plus audacieuses», a expliqué le directeur général Mark Cutifani, qui présentait mardi son plan aux investisseurs.

- Les actions plongent -

Le nombre d'actifs de l'entreprise sera réduits de 60%, les détails sur le futur portefeuille de l'entreprise devant être dévoilés en février.

Le groupe minier a déjà prévu de ramener le nombre de ses divisions de six à trois: De Beers (diamants), Industrial Metals et Bulk Commodities.

Anglo American veut aussi réduire ses dépenses d'investissements d'environ 1 milliard de dollars supplémentaires d'ici à la fin de 2016.

Le groupe s'attend à des dépréciations allant de 3,7 à 4,7 milliards de dollars - reflétant la baisse de la valeur de ses mines et des ventes d'actifs - et va suspendre le dividende versé aux actionnaires au titre du deuxième semestre et de 2016.

Son concurrent anglo-australien Rio Tinto a également annoncé mardi qu'il allait réduire ses investissements de près d'un milliard de dollars l'an prochain. Il les attend désormais autour de 5 milliards de dollars contre près de 6 milliards prévus auparavant.

Les géants du secteur ont été malmenés à la Bourse mardi. A Londres, l'action Anglo American a clôturé sur une chute de 12,29% à 323,65 pence.

Ses annonces ont en effet encore laissé sur leur faim certains observateurs. «Nous avons bien peur que ce ne soit pas suffisant», écrivent les analystes de la banque Barclays dans une note.

«Nous espérions voir des coupes plus significatives dans plus de divisions y compris le platine, les diamants, le nickel et le charbon», ont ils expliqué.

Le suisse Glencore, dans la tourmente depuis plusieurs mois, a dégringolé de 6,92% à 79,45 pence, tandis que BHP Billiton a perdu 5,54% à 722,80 pence et Rio Tinto 8,37% à 1.893 pence.