Le fronton du Palais Brongniart à Paris
Le fronton du Palais Brongniart à Paris — Thomas Coex AFP

Économie

La Bourse de Paris termine en baisse, fragilisée par le pétrole

La Bourse de Paris a terminé en forte baisse mardi (-1,57%), dans le sillon de Wall Street, affectée par la chute des cours du pétrole ainsi que des indicateurs chinois.

La Bourse de Paris a terminé en forte baisse mardi (-1,57%), dans le sillon de Wall Street, affectée par la chute des cours du pétrole ainsi que des indicateurs chinois.

L'indice CAC 40 a perdu 74,55 points à 4.681,86 points, après avoir lâché plus de 2% en séance, dans un volume d'échanges étoffé de 4,1 milliards d'euros. La veille, il avait progressé de 0,88%.

Le marché parisien a ouvert en baisse puis n'a cessé de perdre du terrain, avant de creuser fortement ses pertes.

«L'ouverture des marchés américains» en nette baisse a «pesé sur la tendance», a estimé Andrea Tuéni, analyste chez Saxo Banque, alors que Wall Street subissait aussi les retombées de la baisse persistante des prix du pétrole et d'indicateurs médiocres en Chine.

Les cours du pétrole brut WTI coté à New York et ceux du Brent coté à Londres continuaient à toucher des plus bas mardi, après que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep, NDLR) a renoncé vendredi à abaisser ses objectifs de production.

«Ce mardi 8 décembre signe le retour du prix du pétrole sur son plus bas du mois de décembre 2008, soit les plus bas de la crise financière de 2008, après la faillite de Lehman Brother's», a observé de son côté Vincent Ganne, analyste chez FXCM.

Les chiffres du commerce international en Chine, par ailleurs, «n'ont pas été bons», selon M. Tuéni et «ravivent un peu les craintes sur la deuxième économie mondiale». La Chine a vu ses exportations et importations reculer à nouveau en novembre.

Les investisseurs optent également pour la «prudence», a poursuivi l'analyste, en attendant la réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed) la semaine prochaine, et qui s'apprête très probablement à relever ses taux.

Sur le terrain des valeurs, le secteur pétrolier a été pénalisé : CGG a perdu 5,85% à 2,66 euros, Vallourec 1,17% à 8,35 euros, Technip 1,66% à 43,81 euros et Total 0,96% à 42,43 euros.

TF1 a lâché 1,25% à 11,03 euros alors que Bouygues a pris 1,21% à 34,82 euros, après des informations de presse évoquant un rachat par Orange, même si la groupe de construction a démenti tout projet de sortie des télécoms.

EDF a souffert (-4,02% à 12,77 euros) de l'annonce de sa sortie de l'indice CAC 40 le 21 décembre où il sera remplacé par Klepierre (+0,36% à 42,09 euros).

Solocal Group (-1,12% à 6,96 euros) doit pour sa part quitter l'indice SBF 120, remplacé par Europcar (+0,04% à 11,78 euros).

Air France-KLM a perdu 1,48% à 6,32 euros alors que l'impact négatif des attaques du 13 novembre à Paris sur le chiffre d'affaires du mois de novembre est estimé à 50 millions d'euros, la croissance du trafic et du coefficient d'occupation ayant été «sensiblement affectés».

Euronext a terminé en baisse de 2,09% à 45,61 euros après avoir écopé d'une amende de 5 millions d'euros auprès du gendarme boursier français dans une affaire concernant le «trading à haute fréquence».

LDLC.com a bondi de 9,39% à 25,40 euros, dynamisé par son entrée en négociations exclusives avec la société Domisys pour acquérir le site Materiel.net, et ainsi atteindre une taille critique.

Cac 40 (Euronext)