Régionales: un vote motivé avant tout par les préoccupations économiques

© 2015 AFP

— 

Dépouillement des bulletins de vote après le premier tour des régionales, le 6 décembre 2015 à Nantes
Dépouillement des bulletins de vote après le premier tour des régionales, le 6 décembre 2015 à Nantes — JEAN-SEBASTIEN EVRARD AFP

Les préoccupations économiques et l'emploi ont supplanté les questions liées à la sécurité dans les motivations des électeurs au moment d'aller voter dimanche pour le 1er tour des régionales, selon deux sondages publiées lundi.

Interrogés sur les enjeux qui «ont compté le plus» pour eux au moment de voter, les Français répondent en priorité «le développement économique et la création d'emplois», avec 54% de réponses, devant la sécurité (45%) et les impôts (40%), selon une enquête OpinionWay pour Le Point.

Trois semaines après les attentats de Paris, l'immigration obtient 34% de réponses, la lutte contre le terrorisme 32%, avant les enjeux plus proches des compétences régionales, comme les transports (31%) ou la formation professionnelle et l'apprentissage (26%). Plusieurs réponses sont possibles dans ce type d'enquêtes.

Selon le même sondage, si 36% des personnes interrogées ont voulu exprimer leur opposition à l'action de François Hollande et de son gouvernement et 11% leur soutien, pour 51% d'entre elles cela «n'a pas été essentiel», ni dans un sens, ni dans l'autre.

Selon un enquête Harris Interactive pour «20 minutes» qui cible les 18-30 ans, l'emploi arrive également en tête des motivations dans cette tranche d'âge (47%), devant la sécurité (34%), l'immigration (32%), l'économie en général (24%) et l'environnement (24%).

Près d'un quart des 18-30 ans (24%) affirment que les attentats du 13 novembre ont influencé leur choix, soit plus que la moyenne nationale (15%), devant «le score que pourrait réaliser le FN» dans leur région (22%).

L'enquête OpinionWay a été réalisée en ligne le 6 décembre à partir d'un échantillon de 8.375 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Le sondage Harris Interactive le 6 décembre, en ligne également, auprès de 705 personnes issus d'un échantillon de 4.024 Français de 18 ans et plus, selon la même méthode.