BAE Systems annonce d'excellents résultats

— 

Matty Hull, un sergent britannique de 25 ans, a été tué par un tir allié le 28 mars 2003 quand les deux pilotes ont attaqué une colonne de véhicules blindés au nord de Bassorah (sud de l'Irak), au tout début de l'invasion de ce pays.
Matty Hull, un sergent britannique de 25 ans, a été tué par un tir allié le 28 mars 2003 quand les deux pilotes ont attaqué une colonne de véhicules blindés au nord de Bassorah (sud de l'Irak), au tout début de l'invasion de ce pays. — Essam al-Sudani AFP/Archives

Le malheur des uns fait le bonheur des autres, c’est une évidenc... parfois macabre. Alors que la guerre fait rage en Afghanistan et en Irak, le groupe britannique d’armement BAE Systems s’est ouvertement félicité du «tempo soutenu des opérations militaires» en présentant ses résultats semestriels… En forte hausse, rapportent «Les Echos» datés de vendredi. Son chiffre d’affaires a augmenté de 8% et son bénéfice net de 27,7%.

L’instabilité du monde, c’est une bonne affaire, reconnaît le groupe: cela «génère une croissance de la demande d’armement terrestre pour les forces américaines et britanniques engagées à l’étranger».

Avenir en rose kaki

Et, ce qui n’est guère rassurant, BAE Systems voit son avenir en rose kaki. Il vient de racheter le spécialiste américain des blindés, Armor Holdings, gros fournisseur du corps expéditionnaire américain en Irak. Car, malgré la volonté des démocrates du Congrès de retirer les troupes du bourbier du Moyen-Orient, «Les Echos» notent que «le groupe britannique se montre très confiant pour l’obtention de nouveaux contrats de livraison d’armes».

Quelques nuages se profilent néanmoins à l’horizon: le groupe fait l’objet d’une enquête du département d’Etat américain à la Justice pour des soupçons de corruption dans le cadre de ventes d’armes à l’Arabie Saoudite.