Economie: Les catastrophes naturelles vont coûter cher aux assurances

PLANETE Pour les assureurs, la facture pourrait doubler d’ici 2040…

20 Minutes avec agences

— 

Les catastrophes naturelles 2014
Les catastrophes naturelles 2014 — 20 minutes - Slideshow

Les dégâts causés par des catastrophes naturelles devraient se chiffrer à 92 milliards d’euros en France entre 2014 et 2039, soit pratiquement le double des 25 années précédentes.

Si 43 % de l’augmentation du coût des dégâts est liée à la hausse globale du niveau de richesse du pays, le changement climatique apparaît comme le deuxième facteur, à hauteur de 30 %.

13 milliards d’euros d’augmentation liés au climat

C’est l’Association française de l’assurance (Afa) qui a réalisé cette évaluation et qui l’a publiée jeudi sur son site Internet. En pleine COP21, dont l’association est un partenaire officiel, l’impact du climat a été précisément évalué.

« Les données montrent que le changement climatique est déjà à l’œuvre en France. 13 milliards d’euros sur les 44 milliards d’augmentation sont liés au facteur climat », ont souligné Bernard Spitz et Pascal Demurger, respectivement président et vice-président de l’Afa.

Les tempêtes, catastrophe la plus coûteuse

Entre 1988 et 2013, les aléas naturels ont coûté 48 milliards d’euros aux assureurs, soit une facture moyenne de 1,9 milliard d’euros par an. Dans le détail, le coût de la sécheresse passerait sur 25 ans de 8 à 21 milliards d’euros, tandis que pour les inondations, la facture passerait de 16 à 34 milliards d’euros.

Enfin, les assureurs prévoient d’indemniser pour 33 milliards d’euros de dégâts d’ici 2040 en raison des tempêtes, aléa climatique le plus coûteux des 25 dernières années, à cause notamment du caractère exceptionnel de celles de 1999.

>> A lire aussi : La mappemonde des effets du changement climatique

La publication de l’Afa comporte également 34 propositions, parmi lesquelles une réforme du fonds Barnier destinée à la prévention des risques naturels majeurs, la mise en place d’outils pour le grand public relatifs à la prévention des risques naturels ou encore une réforme du régime des catastrophes naturelles.