Péages: Ségolène Royal était forcément au courant de la hausse jusqu'en 2023

AUTOROUTES Un document révélé ce jeudi par « Le Parisien » montre que la ministre de l'Ecologie, contrairement à ce qu'elle a dit, était au courant de la hausse du tarif des péages...

N.Bg.

— 

Illustration: un péage autoroutier en France.
Illustration: un péage autoroutier en France. — LAURENT CIPRIANI/AP/SIPA

Gros bobard ou embarrassant oubli ? Après les révélations mardi des Echos concernant la hausse plus forte que prévu des tarifs des péages autoroutiers au 1er février 2016, Ségolène Royal, dont le ministère s’occupe aussi du transport, avait affirmé son ignorance sur RTL. Mais selon un document révélé par Le Parisien ce jeudi, la ministre était forcément au courant. Et pour cause : elle avait elle-même signé un texte actant ces hausses de tarifs.

>> A lire aussi : Pourquoi les tarifs des péages pourraient bien augmenter

Interrogée mardi matin sur RTL sur l’éventualité d’une augmentation supérieure à l’inflation, Ségolène Royal avait répondu : « C’est exclu puisque l’engagement qui avait été pris c’est de ne pas dépasser l’inflation et même d’être en dessous de l’inflation compte tenu du pactole que les compagnies autoroutières avaient déjà accumulées par le passé ». Or d’après le document mis en ligne par Le Parisien, qui date d’avril dernier, un accord a bel et bien été passé entre les sociétés gérant les péages et le gouvernement, prévoyant des hausses supérieures à l’inflation jusqu’en 2023.

Trois décrets signés par Royal elle-même

Le quotidien enfonce le clou, en soulignant que fin août, « trois décrets sont publiés sous la signature du ministère de… Ségolène Royal, actant divers avenants aux contrats des trois groupes propriétaires des sociétés autoroutières. (…)  Cinq lignes [y] annoncent la prise en compte du gel et de la hausse de la redevance dans les futurs tarifs de péage ».

Le délégué général de l’association 40 millions d’automobilistes, Pierre Chasserey, avait donc sans doute raison mercredi de dénoncer un « double langage » et un « côté presque schizophrène » de Ségolène Royal. La ministre de l’Ecologie était « bien sûr au courant que les sociétés d’autoroutes allaient augmenter leurs tarifs » puisque même sans inflation, une augmentation des tarifs autoroutiers est prévue dans les contrats passés avec l’Etat, avait-il déclaré au micro d’Europe 1.