FMI: Le yuan chinois va entrer dans le panier de devises du Fonds monétaire international

DEVISES La recommandation des experts du FMI a été approuvée ce lundi...

20 Minutes avec agences

— 

Christine Lagarde, directrice du FMI, lors d'une conférence sur la situation financière mondiale, le 30 septembre 2015 à Washington
Christine Lagarde, directrice du FMI, lors d'une conférence sur la situation financière mondiale, le 30 septembre 2015 à Washington — Saul Loeb AFP

Le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé ce lundi la préconisation de ses experts qui recommandent l’entrée du yuan chinois dans son panier de devises. Ce panier détermine la valeur des Droits de tirage spéciaux (DST), son unité de compte, et regroupe actuellement le dollar, le yen, la livre et l’euro.

Mi-novembre, la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, s’était prononcée en faveur de cette recommandation. Mais la décision ne s’appliquera pas avant fin septembre 2016, le temps que les acteurs financiers se préparent à un tel changement.

Une pondération certainement entre 10 et 16 %

On estime cependant déjà que la pondération du yuan au sein de ce panier devrait se situer entre 10 et 16 %, l’hypothèse basse semblant privilégiée en raison de la convertibilité encore limitée de la devise chinoise.

Alors que le dollar américain compte pour 41,9 %, l’euro pour 37,4 %, la livre britannique pour 11,3 % et le yen japonais pour 9,4 %, l’arrivée du yuan chinois sera évidemment, l’occasion de réaliser une nouvelle révision.

Une réussite diplomatique pour Pékin

Pour Pékin, qui entre désormais au rang des économies mondiales dominantes, cette opération est surtout une réussite diplomatique.

Le vote des Etats-Unis, qui accusent régulièrement la Chine de sous-évaluer sa monnaie pour favoriser ses exportations, sera par ailleurs particulièrement observé. Même si le ton s’est un peu adouci récemment, le premier bailleur de fonds du FMI considère toujours son niveau comme « inférieur à sa juste valorisation sur le moyen terme ».

Une précédente dévaluation du yuan bien accueillie

Mais, de façon paradoxale, la dévaluation du yuan en août dernier avait été plutôt bien perçue par le FMI, car elle renforçait l’importance des mouvements de marché dans la valorisation de la monnaie chinoise, et ouvrait donc la porte à une future réévaluation.

Pékin vient aussi d’autoriser l’accès des banques centrales étrangères au marché des changes chinois, ce qui devrait favoriser l’internationalisation de sa devise dans les échanges mondiaux.

>> A lire aussi; «La dévaluation du yuan est inquiétante pour nos économies»