Budget sécurité: unanimité au Sénat pour l'augmentation de moyens demandée par le gouvernement

© 2015 AFP

— 

Des officiers de police surveillent la Place de la Concourde à Paris, le 30 novembre 2015
Des officiers de police surveillent la Place de la Concourde à Paris, le 30 novembre 2015 — MATTHIEU ALEXANDRE AFP

Le Sénat a adopté lundi à l'unanimité l'amendement du gouvernement destiné à augmenter les moyens de la mission sécurité au sein du projet de budget 2016, à la suite des attentats du 13 novembre.

Cet amendement prévoit la création de 3.150 emplois pour 2016. Ceux-ci s’accompagnent d’un renforcement des moyens d’équipement, d’investissement et de fonctionnement d’un montant total de 220.537.717 euros en autorisations d’engagement et en crédits de paiement.

«Cet amendement est le bienvenu», a déclaré le rapporteur spécial de la mission, Philippe Dominati (Les Républicains, LR).

«Nous votons cet amendement en veillant à ce que ces mesures supplémentaires ne mettent pas en cause des libertés fondamentales, comme la liberté de manifester ou la liberté d'informer», a dit Brigitte Gonthier-Maurin (Communiste, républicain et citoyen, CRC).

François Hollande avait annoncé devant le Congrès une série de dépenses sécuritaires pour faire face aux risques terroristes après les attentats de vendredi, disant assumer ce «surcoût» pour le budget de l’État.

Le ministre des Finances Michel Sapin avait annoncé que la mobilisation de ces nouveaux moyens conduirait à une dépense supplémentaire sur le budget de l'État de l'ordre de «600 millions d'euros en 2016». Lundi, le ministère des Finances a indiqué que le montant de ces mesures serait de 750 (bien 750) millions d'euros en 2016, auquel il faut ajouter 70 millions pour le compte d'affectation spécial pour les pensions.

Le Sénat avait déjà adopté à l'unanimité les deux autres hausses demandées par le gouvernement après les attentats. Vendredi, il a voté une hausse des moyens de la défense en accordant 173 millions d'euros en autorisations d'engagement et 100 millions en crédits de paiement.

«Votre vote est aussi une façon de lutter contre Daech », avait estimé le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. «C'est un beau signal de rassemblement national et de confiance dans nos forces armées, engagées à l'extérieur comme à l'intérieur pour la défense de la France», avait dit le président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense Jean-Pierre Raffarin (LR).

Le Sénat avait augmenté jeudi les moyens de la justice.