Thomas Cook: premier bénéfice annuel en 5 ans malgré la Tunisie

© 2015 AFP

— 

Un avion du voyagiste Thomas Cook à l'aéroport de Manchester le 22 novembre 2011
Un avion du voyagiste Thomas Cook à l'aéroport de Manchester le 22 novembre 2011 — PAUL ELLIS AFP

Le voyagiste britannique Thomas Cook a annoncé mercredi son premier bénéfice annuel depuis cinq ans, étant parvenu à redresser la barre pendant l'exercice 2014/15 malgré les attaques terroristes en Tunisie et un contexte géopolitique tendu.

Il a réalisé un bénéfice net de 23 millions de livres (33 millions d'euros) sur les douze mois achevés au 30 septembre contre une perte de 118 millions de livres un an plus tôt.

«2015 a été une année de réels progrès, un bon niveau d'activité combiné avec un contrôle des coûts rigoureux ayant assuré notre premier bénéfice après impôts depuis cinq ans», a souligné le directeur général, Peter Fankhauser.

Le chiffre d'affaires a atteint 7,8 milliards de livres, soit un déclin de 9% mais une progression de 1% sur une base comparable.

Il a été amputé de 130 millions de livres en raison des événements en Tunisie. Le pays a été la cible coup sur coup de deux attaques meurtrières, au musée du Bardo à Tunis en mars (22 morts) et dans un hôtel de Sousse en juin (38 tués dont 30 Britanniques).

Depuis, le voyagiste a aussi suspendu ses vols début novembre vers la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh et rapatrié 1.700 clients, après le crash d'un avion russe dans le Sinaï, un attentat revendiqué par le groupe jihadiste État islamique.

Concernant les attentats de Paris du 13 novembre, il est encore trop tôt pour en connaître l'impact sur le secteur touristique mais «l'expérience nous montre que la confiance des clients revient assez rapidement», a commenté Peter Fankhauser lors d'une conférence.

Thomas Cook se montre ainsi plutôt optimiste en dépit d'un environnement géopolitique tendu.

«Le nouvel exercice a bien démarré avec une activité encourageante dans l'ensemble pour l'hiver 2015/16 et l'été 2016», a ainsi indiqué Peter Fankhauser.

«Nous opérons dans des temps incertains mais nous savons aussi que quand les clients veulent voyager, ils reconnaissent le niveau plus élevé de sécurité que des tours opérateurs comme nous peuvent offrir», a-t-il souligné.

Depuis les récents attentats, les voyageurs ont privilégié des destinations comme l'archipel espagnol des Canaries, le Cap-Vert ou des destinations long-courriers, observe Thomas Cook.

Le groupe espère par ailleurs pouvoir de nouveau payer un dividende début 2017 au titre de l'exercice 2015/16. Cette perspective et le retour aux bénéfices réjouissaient les investisseurs à la Bourse de Londres, où le titre Thomas Cook bondissait de 9,71% à 108 pence vers 10H30 GMT.