Attentats à Paris: Les trésors pillés par Daesh dans le collimateur de la France

TERRORISME S'il détruit des sites archéologiques, Daesh vend aussi des antiquités et des œuvres d'art, notamment aux Européens...

Céline Boff

— 

L'arc de triomphe de Palmyre.
L'arc de triomphe de Palmyre. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Bien sûr, il y a le pétrole. Mais pour se financer, Daesh écoule aussi à l’étranger des œuvres d’art et des antiquités qu’il pille dans les régions passées sous son contrôle. Ce trafic de biens culturels constituerait même sa deuxième source de revenus, juste après la vente d’or noir. C’est du moins ce qu’avance un rapport du Service de recherche du Congrès américain.

Si Michel Sapin, le ministre français des Finances, n’a communiqué aucun chiffre, la lutte contre ce commerce illicite est l’une des priorités de son plan dévoilé ce lundi matin. « Les œuvres d’art et les antiquités, notamment en provenance de la cité antique de Palmyre, arrivent en nombre important en Europe », a-t-il assuré.

>>A lire : Comment la France veut assécher le portefeuille des terroristes

Daesh délivre des permis de fouille

Le circuit est bien rodé, comme le détaille Slate : « Les pièces transitent par la Turquie ou le Liban, et finissent sur les places de marché européennes. Personne ne peut assurer la traçabilité des objets. On les appelle les antiquités du sang ». Ces œuvres « proviennent soit de pillages de musées et de collections privées, soit de nouvelles fouilles car un tiers des sites archéologiques irakiens sont sous le contrôle de Daesh », avance Alternatives économiques.

Des artéfacts pillés dans la cité antique de Palmyre en Syrie et pris en photos le 2 juillet 2015 - HO / WELAYAT HALAB / AFP

 

Comme le rappelait le président François Hollande le 17 novembre dernier, « en ce moment même, l’organisation terroriste Daesh délivre des permis de fouille, prélève des taxes sur les biens qui vont ensuite alimenter le marché noir mondial, transitant par des ports francs qui sont des havres pour le recel et le blanchiment, y compris en Europe. » D’après Slate, Daesh irait même jusqu’à recruter ses propres archéologues…

Pour tenter de lutter contre ce trafic, Michel Sapin vient d’adresser un courrier aux syndicats des antiquaires afin de leur rappeler les interdictions en vigueur et leur devoir de vigilance. Mais le gouvernement ne veut pas s’arrêter là et cherche à combler certaines failles.

>>A lire : Assécher les finances de Daesh, une entreprise compliquée

Un « droit d’asile » pour les œuvres d’art

« Jusqu’à présent, nous étions gênés par le fait que notre système de contrôle porte uniquement sur les œuvres d’art destinées à l’exportation », explique Jean-Paul Garcia, patron de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières. Cela va changer : les douaniers pourront bientôt contrôler les biens culturels importés. Cette évolution sera effective lorsque le projet de loi « Liberté de la création », en cours d’examen au parlement, sera adopté. « Cela devrait faciliter nos rapports avec nos partenaires étrangers », note Jean-Paul Garcia.

 

SDes pièces d'or capturé par els troupes américaines lors d'un raid en Syrie, le 15 juillet 2015 - SABAH ARAR / AFP


Le texte prévoit également de donner un « droit d’asile » aux œuvres d’art provenant en particulier de Syrie et d’Irak. Concrètement, les biens culturels en transit pourront trouver refuge dans les musées français.

Rappelons que Daesh est l’organisation terroriste la plus riche de tous les temps. En plus de son « trésor de guerre », estimé à 2.000 milliards de dollars, ses revenus annuels avoisineraient les 3 milliards de dollars, selon un rapport sur le financement de l’Etat islamique de 2013.