Après les attentats, des entreprises modifient leurs pratiques

© 2015 AFP
— 
Un homme marche dans le quartier d'affaires de La Défense, le 4 septembre 2015 à Paris
Un homme marche dans le quartier d'affaires de La Défense, le 4 septembre 2015 à Paris — FLORIAN DAVID AFP

Déplacements au siège en France depuis l'étranger suspendus ou possibilité accrue de faire du télétravail: certaines entreprises du CAC 40, au nom de la sécurité et du bien-être de leurs employés, ont modifié quelques règles de fonctionnement après les attentats du 13 novembre à Paris.

L'Oréal, géant mondial des cosmétiques présent dans 130 pays, a ainsi décidé dès le lendemain des attaques d'annuler la venue à Paris de ses collaborateurs basés à l'étranger jusqu'au 23 novembre, a indiqué une porte-parole à l'AFP.

«Les gens qui sont loin de la France sur-réagissent (...). Le fait d'être loin a accru le sentiment de peur», a expliqué pour sa part Jean-Christophe Sciberras, directeur des relations sociales et des ressources humaines chez le groupe chimique belge Solvay.

Après les attentats, «des collègues de Chine invités à des sessions de formation ont dit +je ne viens pas à Paris la semaine prochaine+», a-t-il raconté à l'AFP. Pas question de forcer un employé «si quelqu'un est terrorisé à l'idée de venir» dans la capitale, ajoute le DRH.

Dans une autre grande société du CAC 40 basée à La Défense, «les managers ont tous été invités à faire preuve d'une attention particulière à l'état psychologique de leurs troupes», a souligné un porte-parole.

«La méthode, c'est attention, compréhension et souplesse en cas de demandes particulières, du type aménagement des conditions de travail. La possibilité existe pour chacun de consulter la médecine du travail et des psychologues en fonction des besoins», a-t-il ajouté.

D'autres grands groupes ont mis en avant les nombreux messages de soutien adressés par leurs salariés à l'étranger et ont indiqué avoir lancé des messages de vigilance, sans toutefois préconiser de changement particulier dans leur organisation.

Ainsi à Publicis, «on a tenu une réunion à Paris dès lundi avec des collaborateurs étrangers venus d'Allemagne», a indiqué une responsable de la communication.