Square et Match (Tinder) réussissent plutôt leurs débuts à Wall Street

BOURSE Les deux actions progressent, mais leur prix avait été fixé très bas...

P.B. avec AFP

— 

Le patron de Square, Jack Dorsey, pour l'entrée en Bourse de son entreprise.
Le patron de Square, Jack Dorsey, pour l'entrée en Bourse de son entreprise. — R.DREW/AP/SIPA

Ils ont joué la sécurité. Pour éviter une déconvenue, les dirigeants de Square et Match Group (Tinder et Meetic, notamment), avaient fixé un prix d’introduction très bas, à Wall Street. Du coup, pour leur premier jour de cotation, jeudi, les actions ont clôturé en forte hausse : Square de 45% et Match de 23 %.

La société américaine de paiements mobiles Square avait renoncé à sa fourchette initiale de 11 à 13 dollars pour finalement se rabattre sur 9 dollars. Son patron, Jack Dorsey, également directeur général de Twitter, a sonné la célèbre cloche de Wall Street en achetant, par le biais de son téléphone portable, des fleurs à une fleuriste dont l’étal avait été installé pour l’occasion devant le New York Stock Exchange, dans le quartier financier au sud de Manhattan.

Tinder et « sodomie »

De son côté, Match Group, le propriétaire américain des services de rencontres en ligne Meetic et Tinder, a fait ses débuts au lendemain d’une interview désastreuse du fondateur et actuel directeur général de Tinder, Sean Rad. Ce dernier s’est ridiculisé en expliquant qu’il n’était pas attiré par le physique mais par l’intelligence. Cherchant le mot définissant le concept, il hésite et avance « ''sodomie'', je crois ? », au lieu de « sapiosexuel ».

Après avoir pris ses distances avec l’interview, Match arrive dans un contexte boursier difficile. Le groupe, qui était jusqu’ici une filiale d’InterActiveCorp, du milliardaire américain Barry Diller, peine à convaincre certains analystes que son business model (des services gratuits avec des fonctions payantes) peut durer sur le long terme.

Pour Square comme pour Match, le verdict sera rendu dans les prochains mois. 2015 est une année mitigée pour les introductions en Bourse, avec une baisse moyenne de 5 %.