La Russie présente au FMI une proposition concernant la dette ukrainienne

© 2015 AFP

— 

Le ministre russe des Finances Anton Siluanov, le 19 avril 2013 à Washington
Le ministre russe des Finances Anton Siluanov, le 19 avril 2013 à Washington — Nicholas Kamm AFP

La Russie a présenté au FMI lors du sommet du G20 de nouvelles propositions en vue de régler son bras de fer avec l'Ukraine concernant le remboursement d'un crédit de trois milliards de dollars, a indiqué lundi le ministre russe des Finances Anton Silouanov.

Kiev refuse de rembourser en totalité ce prêt accordé en 2013 au régime prorusse de Viktor Ianoukovitch et arrivant à échéance en décembre, à moins que Moscou n'accepte de renoncer à une partie des fonds, comme l'ont fait les créanciers privés.

Ce désaccord risque de placer l'Ukraine en défaut de paiement et d'entraver le plan d'aide international mené par le FMI.

«La Russie a présenté une proposition concernant le remboursement par l'Ukraine de sa dette russe de trois milliards de dollars», indiqué M. Silouanov, cité par les agences Interfax et Ria-Novosti en marge du sommet du G20 à Antalya (Turquie).

Selon lui, cette proposition «intéressante», qu'il a refusé de détailler, «peut servir de base à un règlement du problème».

Le ministre a précisé qu'elle n'avait pas été discutée avec Kiev et que Moscou comptait l'évoquer d'abord avec le Fonds monétaire international. La patronne du Fonds, Christine Lagarde, a rencontré dimanche Vladimir Poutine lors du sommet du G20.

Vendredi encore, le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk avait répété que Kiev ne comptait pas offrir à Moscou de «meilleures conditions» qu'aux créanciers privés, qui ont accepté une décote de 20% correspondant à l'effacement de 3,6 milliards de dollars de dette et la prolongation de la période de remboursement de 8,5 milliards.

En vertu des règles actuelles du Fonds --qui réfléchit à les modifier-- un défaut de paiement sur la dette russe risquerait de faire dérailler le crucial plan d'aide de 17,5 milliards de dollars accordé en mars à l'Ukraine.