La croissance française en hausse de 1,1% en 2015

INSEE Pour le ministre des Finances, Michel Sapin, la France est sortie « de cette trop longue période de croissance extrêmement faible »…

Romain Scotto

— 

Le ministère des Finances à Paris, le 15 juin 2015
Le ministère des Finances à Paris, le 15 juin 2015 — Joel Saget AFP

Serait-ce la fin d’une période de croissance atone, voire quasi nulle ? A priori oui, à croire le ministre des Finances, Michel Sapin. La croissance pour 2015 en France sera « au minimum de 1,1 % », affirme-t-il vendredi dans une interview à l’AFP après la publication par l’Insee des chiffres pour le troisième trimestre, estimant que le pays était « sorti de cette trop longue période de croissance extrêmement faible ».

« Nous sommes entrés dans une nouvelle phase. Cela présage, sans pour autant que ce soit une certitude, une croissance plus élevée pour l’année prochaine », a ajouté le ministre. Le gouvernement table officiellement sur une hausse de 1,5 % du produit intérieur brut en 2016.

«C'est ce qu'on appelle dans notre jargon l'acquis de croissance»

La croissance s'est établie à 0,3% au troisième trimestre, après avoir stagné au deuxième trimestre, a indiqué vendredi l'Insee. Ce chiffre est légèrement supérieur à ce qu'anticipait l'Institut national de la statistique et des études économiques, qui avait revu le 1er octobre sa prévision à la baisse pour cette période, à +0,2% contre +0,3% annoncés auparavant.

«Avec ce chiffre, la croissance pour 2015 sera au minimum de 1,1%. C'est ce qu'on appelle dans notre jargon l'acquis de croissance», a expliqué M. Sapin. Autrement dit, même si la croissance devait être nulle au quatrième trimestre, le produit intérieur brut augmentera de 1,1% sur l'ensemble de l'année. «C'est un chiffre qui est supérieur à l'hypothèse de 1% sur laquelle nous avons construit le budget, et c'est le plus haut niveau atteint depuis quatre ans», a encore souligné le ministre.