Noël: Pourquoi les Français dépenseront plus pour les fêtes

CONSOMMATION Selon une étude Deloitte dévoilée ce vendredi, les Français se laissent porter par leur regain de confiance en l'avenir...

Delphine Bancaud

— 

Les Français prévoient de dépenser 577 euros pour les fêtes de Noël.
Les Français prévoient de dépenser 577 euros pour les fêtes de Noël. — Ginger Perry/AP/SIPA

Le père Noël n’est plus une ordure. Après des années où il se serrait la ceinture, il redevient plus généreux. Ainsi, d’après une étude Deloitte* dévoilée ce vendredi, les Français prévoient de dépenser en moyenne 577 euros pour les fêtes de fin d’année, contre 518 euros l’an dernier. « C’est une vraie rupture de tendance après plusieurs années où le budget prévisionnel de Noël était en baisse. Et cette propension des Français à consommer s’explique par l’amélioration de leur moral », explique Stéphane Rimbeuf, Associé responsable Consumer Business chez Deloitte.

Les Français ont en effet, une meilleure perception de la situation économique de notre pays. Même si leur traditionnel pessimisme ne s’efface pas, ils sont moins nombreux à voir l’avenir en noir. Ainsi quatre Français sur dix estiment que l’économie de notre pays sera en récession l’an prochain contre 59 % en 2014. « Il s’agit du chiffre le plus faible depuis le début de la crise en 2009 », souligne Stéphane Rimbeuf. Ils sont aussi plus optimistes sur leur pouvoir d’achat que l’an dernier : « Peut-être espèrent-ils en regagner grâce aux baisses d’impôts annoncées par le gouvernement ? », s’interroge Stéphane Rimbeuf.

Des cadeaux plus qualitatifs

Ce regain de confiance en l’avenir les pousse donc à faire davantage plaisir à leurs proches. Ils prévoient ainsi de gâter davantage leurs enfants (budget en augmentation de 2 % par rapport à 2014) et d’offrir des cadeaux à plus de personnes. Ils veulent ainsi consacrer une plus grande partie de leur budget Noël à d’autres enfants que les leurs (+8 %) et à d’autres adultes (+9 %). Autre signe de leur volonté de desserrer les cordons de la bourse : les Français prévoient de faire des cadeaux plus qualitatifs. La valeur unitaire prévue pour un cadeau destiné à leurs enfants passe ainsi de 45 euros l’an dernier à 60 euros cette année. « Ils veulent privilégier la durabilité et l’utilité des présents et comptent davantage offrir des produits de marque », ajoute Stéphane Rimbeuf.

Des achats anticipés

Pas question pour autant de flamber à tout va. Car avec la crise, les Français ont appris à mieux gérer leur budget. « Pour éviter les achats d’impulsion, ils comptent s’y prendre plus tôt cette année », annonce Stéphane Rimbeuf. De fait, un Français sur deux aura réalisé ses achats de Noël avant la fin novembre, alors qu’ils avaient davantage attendu l’an dernier. Or, selon l’UFC Que Choisir, novembre est le mois où l’on fait les meilleures affaires. « Le pic des ventes sur les sites de e-commerce ayant lieu en novembre, c’est à ce moment-là que la concurrence sur les prix entre les distributeurs est la plus forte », constate Stéphane Rimbeuf. D’ailleurs quatre Français sur dix prévoient d’acheter leurs cadeaux en promotion cette année. Des emplettes toujours effectuées majoritairement en magasin (63 %), « signe que les prix qui y sont pratiqués sont alignés sur ceux proposés par les sites d’e-commerce », souligne Stéphane Rimbeuf.

>> A lire aussi : Noël : Comment les jouets français ont retrouvé leur place sous le sapin

Les cadeaux qu’ils comptent offrir à leurs proches cette année témoignent aussi du meilleur moral des Français. Les présents les plus offerts cette année seront les chocolats (+12 % cette année), les livres (+3 %), les produits de beauté, massages, séjours au spa (+10 %) et les cosmétiques, parfums (+5 %). « Ces choix montrent bien qu’ils veulent privilégier le bien être après une période morose », commente Stéphane Rimbeuf. Le plaisir enfin retrouvé.

*Etude réalisée sur Internet auprès de 1.727 personnes en France de18 à 64 ans entre le 28 septembre et le 11 octobre 2015 selon la méthode des quotas.