Immobilier, livret A… Cinq choses à savoir sur le patrimoine des ménages

PORTEFEUILLE Au cours des cinq dernières années, les ménages ont priviliégiés les placements peu risqués...  

M.B.

— 

Photo prise à Lille, le 24 août 2015, d'un Livret A et de billets de banque
Photo prise à Lille, le 24 août 2015, d'un Livret A et de billets de banque — Denis Charlet AFP

Mais que possèdent les ménages français ? Dans une enquête publiée ce jeudi, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) passe au crible leur portefeuille. Résultat : au début de l’année, 93,8 % des ménages vivant dans l’Hexagone possédaient au moins un actif financier (autre qu’un compte-chèques), immobilier ou professionnel. 20 Minutes vous résume l’étude en cinq points.

1. L’immobilier très prisé

58,9 % des ménages sont désormais propriétaires de leur résidence principale contre 55,7 % onze ans plus tôt. 18 % possèdent même un autre logement, comme une résidence secondaire. Au final, ce sont 62,7 % des ménages qui ont un patrimoine immobilier, c’est-à-dire leur résidence principale ou un autre logement.

>> A lire : Les choses à savoir pour faire une affaire dans l’immobilier

2. Le livret A superstar

C’est un produit de plus en plus désiré. Ainsi 75,8 % des ménages en ont un en 2015 contre 68,3 % en 2010 et 57 % en 2004. Ce taux dépasse même les 80 % chez les ménages de moins de 40 ans, soit 10 points de plus qu’en 2010.

Une progression fulgurante qui s’expliquerait non seulement par le taux d’intérêt qui a atteint 2,25 % entre 2001 et 2013, contre 0,75 % aujourd’hui, mais aussi à « une désaffection pour les placements risqués », explique l’Insee. Cet engouement du livret A s’est fait au détriment d’autres livrets défiscalisés comme le livret développement durable (LDD), le livret d’épargne populaire (LEP) ou le livret jeune.

3. L’assurance-vie a toujours du succès

Ce placement financier connaît une progression croissante. 36,5 % des ménages en ont au moins un, soit une progression de 1,8 % par rapport à 2010. « Ce produit offre aux épargnants un cadre fiscal attractif et la possibilité de sécuriser au moins une partie de leur épargne », rappelle l’Insee. Et de constater que les personnes de 60 ans et plus détiennent deux fois plus ce type de placement que chez les moins de 30 ans.

4. Les valeurs mobilières délaissées

Actions, obligations, Sicav ou encore Fonds communs de placement (FCP)… seul un ménage sur six détenait au début de l’année des valeurs mobilières contre près d’un sur quatre en 2004. « A partir de 2008, les crises financières et économiques ont probablement conduit les ménages à délaisser les valeurs risquées », souligne l’Insee.

5. Retour en grâce du PEL

Les produits d’épargne-logement retrouvent les faveurs des ménages surtout pour le plan épargne-logement (PEL) dont la rémunération est désormais « plus attractive sur le long terme que celle du livret A, ce qui a relancé l’intérêt du PEL comme placement d’épargne, alors que sa vocation initiale était de faciliter l’achat d’un bien immobilier par le biais de prêt à taux négocié », remarque l’Insee. Un tiers des ménages détiennent désormais soit un PEL soit un compte épargne-logement (CEL). Des produits qui sont davantage détenus par les ménages en couple (38 %).

Dans le détail, « parmi les couples sans enfant, ce sont les moins de 30 ans suivis des trentenaires (respectivement 50 % et 44 % d’entre eux) qui privilégient ces produits, comme apport pour un premier achat immobilier. Parmi les couples avec enfants, ce sont les 40-59 ans qui l’adoptent surtout, peut-être en prévision de travaux ou d’un changement de résidence principale dont ils sont majoritairement propriétaires », note l’Insee.