Wall Street finit en légère baisse une séance sans conviction

© 2015 AFP

— 

L'entrée de la bourse de New York, le 14 octobre 2014
L'entrée de la bourse de New York, le 14 octobre 2014 — Spencer Platt Getty

Wall Street a légèrement baissé jeudi au terme d'une séance peu animée pendant laquelle le marché n'a guère trouvé de direction dans des résultats d'entreprises et des indicateurs mitigés: le Dow Jones a perdu 0,02% et le Nasdaq 0,29%.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a cédé 4,15 points à 17.863,43 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 14,74 points à 5.127,74 points.

Jugé le plus représentatif par de nombreux investisseurs, l'indice élargi S&P 500 a reculé de 0,11%, soit 2,38 points, à 2.099,93 points.

«Le marché, qui monte de façon conséquente depuis un mois, en est arrivé à un point où il lui faut un nouveau moteur pour aller plus haut», a résumé David Levy, de Kenjol Capital Management, jugeant par ailleurs que les indices avaient été freinés par une nette baisse des cours du pétrole.

A ce titre, les investisseurs attendent surtout les chiffres officiels sur l'emploi américain en octobre, que publiera le département du Travail vendredi avant l'ouverture.

En attendant, les indicateurs américains de jeudi n'ont pas changé la donne sur le marché, que ce soit une progression inattendue de la productivité américaine au dernier trimestre ou une hausse supérieure aux attentes des inscriptions au chômage la semaine dernière.

«A partir de maintenant et jusqu'à la fin de l'année, qui est habituellement une très bonne période pour les marchés, le principal facteur, ce sera ce que fera la Réserve fédérale», a estimé M. Levy.

Les investisseurs se demandent si la banque centrale américaine retirera ou non en décembre un important soutien à l'économie en relevant ses taux, actuellement presque nuls, et les chiffres de vendredi sur l'emploi pourraient l'influencer de façon cruciale.

Pour le moment, faute de trouver une direction dans la macroéconomie, le marché a digéré une nouvelle série de résultats d'entreprises, avec «plus de négatif que de positif», selon les termes de Michael James, de Wedbush Securities. «Le principal élément positif, ce sont bien sûr les résultats très impressionnants de Facebook.»

En hausse de 4,64% à 108,76 dollars, le réseau social, toujours porté par la publicité mobile, a dépassé les attentes au troisième trimestre, où ses bénéfices et ses revenus ont continué de progresser, tout comme son nombre d'utilisateurs, qui dépasse désormais le milliard et demi. Le groupe a dépassé pour la première fois jeudi la barre des 300 milliards de dollars de valorisation en Bourse.

Selon M. James, ces chiffres ont néanmoins été éclipsés par des publications décevantes de Qualcomm, spécialiste des semiconducteurs, et FireEye, acteur de la sécurité informatique, qui ont plombé le secteur des technologies en perdant respectivement 15,25% à 51,07 dollars et 22,87% à 22,46 dollars.

Le marché obligataire reculait légèrement. Vers 21H20 GMT, le rendement des bons du Trésor à dix ans montait à 2,235%, contre 2,223% mercredi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,004% contre 2,889% auparavant.

Nasdaq Nyse