Takata écope d'une amende record aux Etats-Unis pour ses airbags défectueux

© 2015 AFP

— 

Le secrétaire américain aux Transports, Anthony Foxx, lors de l'annonce des actions prises contre l'équipementier automobile japonais Takata, le 3 novembre 2015 à Washington
Le secrétaire américain aux Transports, Anthony Foxx, lors de l'annonce des actions prises contre l'équipementier automobile japonais Takata, le 3 novembre 2015 à Washington — JIM WATSON AFP

L'équipementier automobile japonais a écopé d'une amende civile record de 200 millions de dollars aux , dont 130 avec sursis, pour ses «échecs» dans le scandale des airbags défectueux à l'origine d'au moins huit morts dans le monde.

«Pendant des années, a construit et vendu des produits défectueux, a refusé de le reconnaître et n'a pas su fournir une information complète (...) à ses clients et au public», a déclaré le secrétaire américain aux Transports, Anthony Foxx, dans un communiqué.

Aux termes de l'arrangement conclu avec les autorités, le groupe a admis qu'il avait été «informé d'un défaut» et qu'il avait manqué à son obligation d'ordonner des rappels «en temps utile», détaille le ministère dans le communiqué.

Le groupe devra, en conséquence, s'acquitter d'une pénalité de 70 millions de dollars immédiatement et de 130 millions de dollars supplémentaires s'il ne respecte pas ses engagements, a précisé l'agence fédérale de la sécurité routière ().

Aux termes de cet accord qui porte sur les cinq prochaines années, devra notamment accélérer la réparation de quelque 23 millions d'airbags équipant les 19 millions de voitures affectées aux .

Douze constructeurs automobiles différents, dont , ou , sont concernés.

Le groupe nippon devra également effectuer des rappels de véhicules supplémentaires «à moins de prouver qu'ils sont équipés d'airbags sûrs ou alors s'il peut prouver qu'il a réussi à déterminer pourquoi ses coussins de sécurité sont enclins à éclater subitement», écrit l'agence.

- Cause inconnue -

Depuis plusieurs mois, est au coeur d'un vaste scandale international en raison de certains de ses airbags qui explosent même en cas de collision mineure, projetant alors des fragments de métal et de plastique sur le conducteur ou le passager.

Ce défaut aurait provoqué huit décès dans le monde, dont sept aux , et fait des centaines de blessés.

En dépit d'une longue investigation aux , la cause exacte de l'avarie reste inconnue même si certains éléments comme l'ancienneté de l'airbag et une longue exposition à un climat humide constituent des facteurs à risque.

Pour parer à toute éventualité, s'est en tout cas engagé mardi à ne plus utiliser de nitrate d’ammonium dans la fabrication de ses airbags, un gaz qui est «soupçonné d'être un des facteurs» à l'origine des explosions, ont rappelé les autorités.

Aux termes des mesures dévoilées mardi, un auditeur indépendant et sélectionné par la devra également superviser la manière dont le groupe japonais applique les différents points de l'accord et comment il se conforme à la régulation américaine.

«Aujourd’hui, nous mettons face à ses responsabilités pour ses échecs et nous prenons des mesures fortes pour protéger les automobilistes», a déclaré l'administrateur de l'agence fédérale de la sécurité routière (), Mark Rosekind.

La procédure des rappels s'annonce toutefois fastidieuse. Fin octobre, la avait prévenu que les pièces nécessaires à la réparation des airbags ne seraient pas toutes disponibles «dans les six prochains mois».

En dépit de cet accord, les ennuis de ne sont pas finis aux où le groupe reste visé par une enquête pénale du ministère de la Justice et par des plaintes collectives d'automobilistes.

Cette retentissante affaire vient par ailleurs s'ajouter à une longue liste de scandales qui ont terni l'image de l'industrie automobile aux .

Lundi, les autorités américaines ont accusé d'avoir équipé plus de voitures que prévu de logiciels truqueurs visant à fausser les tests de résultats anti-pollution.

Mi-septembre, le premier constructeur américain a, lui, écopé d'une amende de 900 millions de dollars pour avoir dissimulé des informations sur un défaut mécanique lié à 124 morts et à des centaines de blessés dans le pays.

Ce scandale avait conduit au rappel de 2,6 millions de véhicules aux .