La Bourse de Paris clôt avec prudence un mois d'octobre dynamique (+0,24%)

© 2015 AFP

— 

Le Palais Brongniart, ancienne Bourse de Paris
Le Palais Brongniart, ancienne Bourse de Paris — Thomas Coex AFP

La Bourse de Paris a temporisé vendredi (+0,24%) à l'issue d'une séance à nouveau animée par plusieurs résultats d'entreprises, et qui clôt un mois d'octobre dynamique sur les marchés.

L'indice CAC 40 a pris 11,84 points à 4.897,66 points, dans un volume d'échanges relativement nourri de 4 milliards d'euros. La veille, il avait reculé de 0,10%.

Parmi les autres marchés européens, Londres a perdu 0,54%, Francfort progressant pour sa part de 0,46%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a grappillé 0,14%.

Le marché parisien a ouvert en hausse, franchissant même le seuil symbolique des 4.900 points avant de refluer légèrement, pour signer une séance hésitante.

Les investisseurs sont restés «un peu en retrait en cette fin de semaine et ont pris peu d'initiatives», remarque Andréa Tuéni, un analyste de Saxo Banque.

La cote a choisi la prudence pour mettre un terme à un mois particulièrement porteur, au cours duquel elle a gagné près de 10%, principalement grâce aux politiques monétaires toujours généreuses des grandes banques centrales.

De leur côté, les gérants chez Barclays Bourse restent dans une «logique de prise de bénéfices», après la récente progression des indices boursiers.

Les investisseurs ont bénéficié récemment d'une baisse des taux en Chine et des promesses de la Banque centrale européenne (BCE) qui devrait renforcer son soutien à l'économie, sans être troublés par le fait que la banque centrale américaine (Fed) laisse la porte ouverte à un resserrement monétaire en décembre.

La Banque du Japon (BoJ) pourrait également en faire plus, même si elle a décidé vendredi de maintenir en l'état sa politique monétaire.

Choisissant de temporiser, le marché a peu réagi aux indicateurs du jour des deux côtés de l'Atlantique. En zone euro, l'inflation est sortie du rouge en octobre pour atteindre 0% sur un an tandis qu'aux Etats-Unis, l'activité économique dans la région de Chicago a fait un bond surprise en octobre.

Le moral des ménages a pour sa part également rebondi en octobre par rapport à septembre mais a fait moins bien que lors de la première estimation.

Les investisseurs s'apprêtent en outre à démarrer le mois de novembre par une semaine chargée en indicateurs, notamment aux Etats-Unis où le rapport mensuel sur l'emploi d'octobre est attendu vendredi.

Enfin, les investisseurs ont encore eu fort à faire avec la poursuite des publications d'entreprises, jugées «en demi-teinte» par M. Tuéni.

Selon lui, la déception provoquée par L'Oréal (-4,57% à 166,05 euros) a eu tendance à peser sur le marché tandis que la bonne performance de BNP Paribas a permis de limiter la casse.

La banque a pris 1,77% à 55,26 euros sur la séance après avoir dépassé les attentes au troisième trimestre avec un bénéfice net en hausse de 14,5%.

Airbus Group a gagné de son côté 4,40% à 63,36 euros. Le groupe a confirmé ses perspectives annuelles après un bond de 42% de son bénéfice net au troisième trimestre, grâce à la bonne tenue du marché des avions commerciaux et à la fermeté du dollar.

Rexel a pris 3,80% à 12,43 euros. Le groupe, qui avait abaissé ses objectifs annuels au début du mois, a publié un bénéfice net en chute de 37,9% au troisième trimestre, pénalisé par la dégradation du secteur pétrolier.

Spie a fini en baisse (-1,91% à 15,40 euros). La société a relevé son objectif de marges pour 2015 mais s'attend à l'inverse à réaliser un chiffre d'affaires en deçà de ses attentes, après un léger repli (-0,7%) de son activité au troisième trimestre.

Enfin, Showroomprivé a fini sur une baisse de 9,64% à 17,62 euros pour sa première journée de cotation, après avoir levé 660 millions d'euros lors de son introduction en Bourse qui s'est réalisée à 19,50 euros par action, soit le point bas de la fourchette prévue par la société.

Cac 40 (Euronext)