Coût horaire, compétitivité: Bilan positif pour le CICE

ECONOMIE Le Crédit d'impôt compétitivité emploi a notamment ralenti le coût de la main-d’œuvre en France…

A.-L.B. avec AFP

— 

Illustration d 'un bureau la nuit
Illustration d 'un bureau la nuit — SOLAL/SIPA

Le crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) a des effets positifs sur les entreprises françaises, révèle une étude de l’Insee publiée ce mercredi.

Instauré en 2013, le CICE est un allégement d’impôts pour les entreprises calculé en fonction de la masse salariale des entreprises, hors salaires supérieurs à 2,5 fois le Smic. C’est une mesure phare de la présidence de François Hollande.

L’Insee constate que l’entrée en vigueur du CICE a eu « un effet positif sur le taux de marge », et a « permis aux entreprises d’intégrer les exonérations de charges dans leur comptabilité dès 2013 ».

Coût de la main-d’œuvre limité

Selon Hervé Bacheré, économiste à l’Insee, « il s’est vraiment passé des choses avec le CICE ». Il « semblerait » que le recours au CICE se soit amplifié en 2014, alors que l’année précédente, les petites entreprises étaient pour certaines « réticentes à faire la paperasse », a-t-il commenté.

Ainsi, depuis 2012, le coût horaire de la main-d’œuvre a augmenté de façon plus modérée en France que dans d’autres pays européens, comme l’Allemagne, l’Italie, ou le Royaume-Uni : +1,1 % en moyenne par an dans l’industrie (+2,1 % dans la zone euro), et +0,8 % dans les services marchands (+1 % dans la zone euro). En 2012, le coût horaire  était de 30,50 euros en Allemagne contre 34,30 euros en France alors qu'en 2014, l'écart s'est réduit de quasi 30%, avec un coût horaire de 31,40 euros en Allemagne contre 34,60 euros en France.

« Cette hausse modérée tient notamment à l’entrée en vigueur » du CICE, commente encore l’Insee.