Bonbons: Carambar est à vendre

ENTREPRISE Le géant américain de l’alimentaire Mondelēz, qui pocède la marque, ne la trouve pas assez internationale...

20 Minutes avec AFP
— 
Carambar prend des airs de premiers de la classe et arrête ses blagues au profit de petits quizz ou problèmes mathématiques "ludo-éducatifs", a-t-on appris auprès de la marque.
Carambar prend des airs de premiers de la classe et arrête ses blagues au profit de petits quizz ou problèmes mathématiques "ludo-éducatifs", a-t-on appris auprès de la marque. — Thomas Coex AFP

En 2013, Carambar avait sorti sa meilleure blague en annonçant la fin de celles-ci. Cette fois, la marque de caramels ne rigole plus du tout. Le magazine Challenges annonce la vente du fabricant de bonbon, lâché par le géant américain de l’alimentaire Mondelēz qui ne le trouve pas assez international.

Engagée dans un programme de réduction des coûts, la multinationale américaine avait déjà lâché ses marques de café en début d’année avec la cession de Carte Noire à l’italien Lavazza et la fusion de Grand’Mère et Jacques Vabre avec un groupe hollandais.

La pression de financiers redoutables

Tout comme Cazrambar, Krema, La Pie qui Chante, la Vosgienne, Cachou et Michoko cherchent également un repreneur. Selon Challenges, Irene Rosenfeld, la patronne de Mondelez, subit la pression de financiers redoutables.

La question de l’emploi du groupe Mondelez en France est également posée. En France, un plan de sauvegarde avait été lancé l’an dernier portant sur la suppression de 527 postes avec la création en parallèle de 444, dans le cadre de la cession de la branche café. Et l’usine de Lavérune, près de Montpellier, a été vendue à Lavazza.