Areva veut supprimer 3.636 postes en France

SOCIAL L’ex-fleuron du nucléaire français vient de présenter son plan de sauvegarde de l’emploi, « 20 Minutes » détaille les suppressions de postes à venir…

Céline Boff

— 

Vue des deux gigantesques tours réfrigérantes et leur panache de vapeur de la plate-forme Areva du Tricastin, le plus important site d'enrichissement d'uranium en Europe (650 ha), prise le 04 avril 2011 en bordure du Rhône, entre la Drôme et le Vaucluse.
Vue des deux gigantesques tours réfrigérantes et leur panache de vapeur de la plate-forme Areva du Tricastin, le plus important site d'enrichissement d'uranium en Europe (650 ha), prise le 04 avril 2011 en bordure du Rhône, entre la Drôme et le Vaucluse. — Philippe Desmazes AFP

Le plan social se précise chez Areva, l'ex-fleuron français du nucléaire. Ce mardi, la direction a présenté en comité central d’entreprise (CCE) le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) envisagé pour les divisions Areva NP (ex-Framatome, division réacteurs) et Areva NC (ex-Cogema, division uranium).

Résultat : ce PSE prévoit la disparition de 2.774 postes. « Et cela s'entend hors suppressions de postes chez Areva mines (-84), Areva BS (-550), Eurodif SA (-132) et Areva SET (-96) », précise une source proche du dossier. Soit, au total, 3.636 postes supprimés.

>>A Lire: En Saône-et-Loire, la solution EDF fissure l'unité des Areva

Les sites de production fortement touchés

Dans le détail, la direction prévoit la disparition de 1.330 postes chez Areva NC et de 1.444 postes chez Areva NP. Le département de Saône-et-Loire, où Areva NP emploie 2.300 salariés, est particulièrement touché, avec 260 postes supprimés.

Surtout le site de Saint-Marcel : sur les 960 postes, 170 devraient disparaître, aussi bien dans les bureaux que dans le gigantesque atelier où sont fabriqués les cuves, les générateurs de vapeur et les pressuriseurs destinés à équiper les réacteurs de la planète.

« C’est beaucoup plus que ce à quoi nous nous attendions »

« C’est beaucoup plus que ce à quoi nous nous attendions », se désole un représentant du personnel, qui redoute « l’impact inévitable sur la production du site ». 

Le site de Bagnols est également fortement impacté, avec 145 supressions de postes sur un effectif de 612 personnes. Précisons toutefois que la direction annonce, dans le même temps, des recrutements : 290 postes chez Areva NC et 508 chez Areva NP. Mais les représentants du personnel ne savent pas encore s'il s'agit des salariés licenciés des autres entités du groupe, et notamment d'Areva BS.

Les représentants du CCE devront se prononcer sur ce PSE lors de la prochaine réunion. Elle est programmée les 2, 3 et 4 novembre prochain pour la division NP.

>>A lire également: «Cette affaire Areva, ça me rappelle Kodak»