« Le.taxi »: Quand l'État répond à Uber via une application

HIGH-TECH Avec sa nouvelle plateforme, lancée ce samedi, le gouvernement espère séduire au moins 50.000 taxis français...

20 Minutes avec agence

— 

Un lumineux, sur un taxi parisien le 15 janvier 2010
Un lumineux, sur un taxi parisien le 15 janvier 2010 — Loic VENANCE AFP

« Le. taxi », telle est la riposte de l’Etat à Uber. L’application de géolocalisation vient, en effet, d’être lancée dans toute l’Hexagone, à l’adresse des quelque 50.000 taxis français. Ces derniers disposent donc désormais de leur propre plateforme, gratuite mais facultative, permettant la réservation d’un véhicule via un smartphone.

Tout droit sortie de la collaboration de deux services de l’Etat (délégation à la sécurité et à la circulation routières et secrétariat général pour la modernisation de l’action publique), « Le. taxi » répond, en réalité, à l’article premier de la loi Thévenoud, qui prévoyait l’instauration au niveau national d’un « registre de disponibilité des taxis », dont l’objectif était d’en améliorer l’accès grâce au « développement de services innovants ».

>> A lire aussi : Tout comprendre au conflit des taxis avec UberPop

Les VTC n’ont aucun moyen d’accéder à cette nouvelle plateforme

Comment ça marche ? Le client doit se connecter via une application de service de taxi agréée et choisir l’option « Le. taxi » pour repérer le véhicule plus proche. Le service, disponible sur Android et Apple et mis à jour toutes les 5 secondes, lui proposera alors l’un des chauffeurs qui aura accepté d’installer l’application. Reste alors à ce dernier à valider la course et à venir vous chercher.

L’Etat espère ainsi attirer nos 50.000 taxis, notent Les Echos. Parmi eux, les quelque 17.700 chauffeurs parisiens qui pourraient concurrencer les 10.000 conducteurs Uber recensés dans la capitale [neuf partenariats sont « en cours de certification », parmi lesquels les Taxis G7, l’UNT ou Mob1taxi]. Des VTC qui n’ont d’ailleurs aucun moyen d’accéder à cette nouvelle plateforme, le registre n’étant ouvert qu’aux taxis titulaires d’une autorisation de stationnement.