Fin des tarifs réglementés du gaz: près de 400 clients menacés de coupures

© 2015 AFP

— 

Fin des tarifs réglementés du gaz: près de 400 clients toujours menacés de coupures
Fin des tarifs réglementés du gaz: près de 400 clients toujours menacés de coupures — Nicolas Tucat AFP

Un peu moins de 400 clients, dont un tiers de copropriétés, risquent d'être bientôt privés de gaz en raison de la fin des tarifs réglementés pour les gros clients professionnels, a indiqué vendredi GRDF qui pourrait procéder aux premières coupures la semaine prochaine.

«Nous avons envoyé une liste de clients au ministère de l'Energie et s'ils ne font rien nous aurons l'autorisation de couper (...) normalement dans le courant de la semaine prochaine», a indiqué Sandra Lagumina, la directrice générale du gestionnaire du réseau de distribution de gaz, en marge de la présentation à la presse du nouveau logo et de la nouvelle stratégie de l'entreprise.

Les tarifs réglementés ont été supprimés officiellement le 1er janvier 2015 pour les consommateurs de plus de 200 MWh, mais ces derniers avaient bénéficié d'une période transitoire de six mois jusqu'à la fin juin, puis d'un nouveau délai de trois mois moyennant un prix de vente majoré de 20% afin de les inciter à migrer vers les offres de marché proposées par Engie et ses concurrents Direct Energie, Eni, Total Energie Gaz, etc.

Les 375 clients qui n'ont toujours pas souscrit d'offre de marché, ont été prévenus à plusieurs reprises et par plusieurs moyens (téléphone, courrier, affichage dans les bâtiments, etc.) et «il y a une vraie mauvaise volonté», a jugé Sandra Lagumina.

Parmi ces clients, figurent 107 syndicats d'immeubles, 17 bailleurs sociaux, 136 entreprises privées et 115 établissements publics, a détaillé GRDF.

Ces premières coupures pourraient concerner une quinzaine de ces clients.

Cette situation inquiète le gestionnaire du réseau de gaz, alors qu'au premier janvier 2016, une nouvelle étape va être franchie.

Les tarifs réglementés seront alors supprimés pour tous les clients non résidentiels dont la consommation excède 30 MWh par an (ou 150 MWh pour les copropriétés). 59.000 sites sont concernés (petits artisans et commerçants) et 41.000 n'avaient toujours pas migré vers une offre de marché à la fin septembre, selon la Commission de régulation de l'énergie.

GRDF ne veut pas se retrouver à gérer de la même manière d'éventuels récalcitrants. «Ce sont des sites encore plus petits et encore plus diffus, il faut s'organiser autrement», souligne Sandra Lagumina.

D'autant que se rajoutera également à cette date la fin des tarifs réglementés de l'électricité pour 400.000 sites qui devront avoir souscrit un contrat en offre de marché.