Le marché automobile européen accélère encore en septembre

© 2015 AFP

— 

Le marché automobile de l'Union européenne a confirmé sa forme éclatante en septembre
Le marché automobile de l'Union européenne a confirmé sa forme éclatante en septembre — Daniel Roland AFP

Le marché automobile de l'Union européenne a confirmé sa forme éclatante en septembre, avec une hausse des immatriculations de 9,8% qui lui permet d'atteindre 8,8% de croissance sur les neuf premiers mois de l'année, selon les chiffres officiels publiés vendredi.

Les constructeurs français Renault et PSA Peugeot Citroën n'ont que partiellement profité de la tendance, progressant chacun de 4,9% le mois dernier. Pour le groupe Volkswagen, d'éventuelles conséquences commerciales du scandale des diesels truqués ne sont pas visibles dans ces statistiques de l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA) qui ne prennent en compte que les livraisons.

En septembre en effet, le géant allemand est resté de loin le champion des ventes dans l'UE, s'arrogeant 23,3% de parts de marché, même s'il a réalisé une performance un peu inférieure à l'orientation générale avec une progression de 8,4% par rapport à septembre 2014.

Le scandale de la tricherie aux émissions polluantes, qui a conduit Volkswagen à annoncer jeudi le rappel de 8,5 millions de voitures en Europe, a éclaté le 18 septembre, a priori trop tard pour qu'une possible désaffection des clients se voit dans les chiffres du mois, vu le délai entre commandes et immatriculations.

«Si un effet Volkswagen se voit, ce sera fin octobre et plus nettement en novembre», explique Jean-François Belorgey, expert du marché automobile chez EY.

Au total, 1,36 million de voitures neuves ont été mises en circulation sur les routes de l'UE le mois dernier. Sur les neuf premiers mois de l'année, ce chiffre atteint 10,41 millions d'unités, a noté l'ACEA.

Ce chiffre «est encore loin du niveau d'avant-crise de près de 12 millions observé lors de la même période de 2007», fait remarquer l'association.

M. Belorgey note que le marché est en train d'accélérer et qu'il pourrait terminer l'année à un niveau de 13,5 millions de voitures, contre 16 millions toutefois il y a huit ans.

- Les Français en léger retrait -

Pays durement touchés par la crise, l'Italie et l'Espagne ont vu leurs marchés croître respectivement de 15,3 et 22,4% depuis début 2015, relevant la moyenne.

Les trois plus grands marchés automobiles de l'UE ont également progressé, mais moins que la moyenne: l'Allemagne (+5,5%), le Royaume-Uni (+7,1%) et la France (+6,3%).

Côté marques françaises, Citroën a progressé de 7,4% en septembre, plus que Peugeot (+6,1%), mais les résultats commerciaux de PSA ont été tirés à la baisse par la marque de luxe DS (-16,9%), à la gamme vieillissante.

De son côté, le groupe Renault a davantage dû sa croissance le mois dernier à sa marque à bas coût Dacia (+9,4%) qu'aux voitures portant le losange (+3,4%), un fait attribué par M. Belorgey à la fin de carrière de la voiture moyenne Mégane, en cours de renouvellement.

Sur neuf mois en Europe, l'entreprise dirigée par Carlos Ghosn progresse de 7,6% et détient 9,5% du marché, tandis que PSA croît moins (+4,8%). Le groupe de Sochaux se console avec 10,5% de part des ventes qui lui permettent de rester le dauphin du groupe VW, ce dernier régnant sur 24,9% du marché.

Deux émanations de groupes américains les suivent au classement: Ford progresse de 7% depuis janvier et Opel (General Motors) de seulement 1,4%, dans le contexte du retrait de Chevrolet du Vieux continent.

Pleine santé en revanche pour le spécialiste allemand du luxe BMW, qui tire profit de la diversification de sa gamme et du renouvellement des Mini: +12,5% jusqu'ici en 2015, ses 667.500 unités lui permettant même de se maintenir en volume devant l'Italo-américain Fiat Chrysler, qui progresse pourtant de 13,8% grâce à une marque Jeep dopée (+170,5%!) par le nouveau petit 4x4 Renegade.

Le grand rival allemand de BMW, Daimler (Mercedes-Benz et Smart), dépasse de justesse les 600.000 modèles vendus, en hausse de 16,7% sur neuf mois, et peut remercier ses petites citadines conçues avec Renault (+72,2%).

Suivent deux Japonais: Toyota, qui progresse de 7,9% depuis début 2015, et Nissan. L'allié de Renault s'offre la plus belle progression des généralistes sur la période (+21,1%) et pointe à 11.000 unités seulement derrière son rival.