En petite hausse, Wall Street finit la semaine sur un ton optimiste

© 2015 AFP

— 

L'entrée de la bourse de New York, le 14 octobre 2014
L'entrée de la bourse de New York, le 14 octobre 2014 — Spencer Platt Getty

Wall Street a un peu progressé vendredi en dépit de résultats d'entreprises et d'indicateurs contrastés, confirmant l'optimisme regagné la veille: le Dow Jones a gagné 0,43% et le Nasdaq 0,34%.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a pris 74,22 points à 17.215,97 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 16,59 points à 4.886,69 points.

L'indice élargi S&P 500, jugé le plus représentatif par de nombreux investisseurs, a avancé de 0,46%, soit 9,25 points, à 2.033,11 points.

Les principaux indices, qui avaient tous pris plus de 1% la veille, se sont brièvement orientés en baisse en deuxième moitié de séance avant de se redresser pour finir dans le vert.

«Il n'y a pas grand-chose (à dire) mais on a préservé cette hausse», a résumé Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management. «On n'a même pas accordé beaucoup d'attention à certains résultats décevants d'entreprises (...) Je ne sais pas si on assiste à un marché de nouveau orienté en hausse, mais ceux qui y croient ne lâchent pas prise.»

Les indicateurs américains du jour n'ont pourtant pas été particulièrement enthousiasmants. Le moral des ménages a certes plus progressé que prévu en octobre, mais la production industrielle a reculé le mois précédent.

Les investisseurs semblent plutôt se concentrer sur le détail des secteurs, car «on assiste manifestement à une rotation (des capitaux) hors de ce qui ne marche pas et hors des valeurs dont la croissance est en train de se ralentir» au profit de domaines plus prometteurs, a souligné Michael James, de Wedbush Securities.

- Mattel bondit -

A l'issue d'une semaine dominée par les banques, Wall Street s'est tournée vers les résultats de l'industrie. Le conglomérat General Electric (GE) a pris 3,39% à 28,98 dollars malgré un chiffre d'affaires décevant, ses bénéfices ayant moins baissé que prévu.

Egalement dans le secteur, Honeywell a reculé de 1,49% à 97,03 dollars après avoir abaissé ses prévisions de ventes pour l'année, même s'il a dépassé les attentes grâce à des réductions de coûts lui ayant permis de diminuer l'impact d'un dollar fort.

Le fabricant de jouets et de poupées Mattel, propriétaire de Barbie, a bondi de 6,04% à 23,89 dollars après avoir fait part de son optimisme sur ses ventes dans les pays émergents et en Chine, et fait ainsi oublier des résultats trimestriels décevants.

Le groupe de services pétroliers franco-américain Schlumberger a perdu 2,17% à 74,51 dollars sur sa cotation new-yorkaise après avoir averti que le déclin de l'activité lucrative du forage, qui a déjà fortement pesé sur ses bénéfices et ventes trimestriels, allait continuer lors des prochains mois.

Dans le reste des résultats, WD-40 (+1,23% à 94,54 dollars), spécialiste des produits nettoyants, W. W. Grainger (-6,31% à 207,65 dollars), fabricant de matériel de construction, et Kansas City Southern (-10,85% à 87,37 dollars), exploitant de chemins de fer ont tous «déçu les attentes», a énuméré Patrick O'Hare de Briefing.

Le réseau social Twitter a pris 4,85% à 31,15 dollars après l'annonce que Steve Ballmer, ancien dirigeant de Microsoft (+1,06% à 47,51 dollars), y avait pris une participation d'environ 4% et en était ainsi devenu plus gros actionnaire que son fondateur et directeur général Jack Dorsey.

La compagnie aérienne United Airlines a reculé de 3,10% à 55,97 dollars après a été hospitalisation de son nouveau directeur général Oscar Munoz, âgé de 56 ans.

Le marché obligataire reculait un peu. Vers 20H30 GMT, le rendement des bons du Trésor à dix ans montait à 2,033%, contre 2,016% jeudi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,881%, contre 2,865% auparavant.

Nasdaq Nyse