Amazon va acquérir le français Colis Privé

ECOMMERCE Le géant américain de la vente en ligne détenait déjà 25% du service français de livraison…

20 Minutes avec AFP

— 

Amazon va acquérir la totalité de l'opérateur français de livraison Colis privé.
Amazon va acquérir la totalité de l'opérateur français de livraison Colis privé. — John Macdougall AFP

Amazon veut monter en puissance sur le marché français. Le groupe américain a annoncé jeudi après-midi à l’AFP un accord en vue de l’achat de Colis Privé, le « premier opérateur privé de la livraison de colis au domicile des particuliers » en France, dont il avait acquis 25 % début 2014.

Finalisation de l’accord prévue début 2016

« Soumise aux conditions habituelles de validation, la finalisation de cette opération est prévue pour le premier trimestre 2016 », a encore précisé Amazon, sans donner le montant de la transaction.

« L’association des expertises de nos deux sociétés permettra d’améliorer encore l’expérience de tous nos clients, consommateurs et distributeurs », a ajouté Amazon, en soulignant que « Colis Privé continuera à travailler avec l’ensemble de ses clients et à développer son activité ».

Colis Privé, qui compte aujourd’hui de 400 salariés, prévoit de distribuer « plus de 35 millions de colis à travers un réseau de 1.700 livreurs sous-traitants » dans l’Hexagone en 2015.

>> A lire aussi : Amazon : Lancement de Flex, le service de livraison à la demande

Concurrence frontale avec le grande distribution

L’annonce du rachat de Colis Privé intervient trois semaines après qu’Amazon a lancé des catégories « épicerie » et « bières, vins et spiritueux » sur la version française de son site de vente en ligne, se plaçant ainsi en concurrence frontale avec les enseignes de distribution alimentaire.

Le groupe américain, qui est revenu dans le vert au deuxième trimestre avec un bénéfice net de 92 millions de dollars, comptait en janvier 32.000 salariés permanents en Europe. Il commercialise 150 millions de produits à travers 28 centres de distribution sur le continent.

>> A lire aussi Amazon a peut-être enfin prouvé que sa stratégie pouvait payer