Uber recevra des chauffeurs mécontents jeudi

La direction d'Uber France recevra jeudi des chauffeurs VTC mécontents, a appris l'AFP auprès de sources concordantes, après les manifestations qui ont eu lieu mardi devant le siège d'Uber pour protester contre la baisse de 20% du tarif des courses.

© 2015 AFP

— 

Un chauffeur Uber manifeste à Paris, montrant un autocollant déplorant "Uber m'a tuer", le 13 octobre 2015 à Paris
Un chauffeur Uber manifeste à Paris, montrant un autocollant déplorant "Uber m'a tuer", le 13 octobre 2015 à Paris — THOMAS SAMSON AFP

La direction d'Uber France recevra jeudi des chauffeurs VTC mécontents, a appris l'AFP auprès de sources concordantes, après les manifestations qui ont eu lieu mardi devant le siège d'Uber pour protester contre la baisse de 20% du tarif des courses.

«Nous allons effectivement recevoir jeudi certains des chauffeurs VTC qui se sont exprimés aujourd'hui», a indiqué à l'AFP un porte-parole d'Uber, confirmant une information d'un représentant des chauffeurs, qui réclamaient cette réunion.

Selon Uber, il ne s'agira pas d'une «négociation» mais d'un moment de «pédagogie» car, selon la plateforme de réservation de voitures, la «baisse des prix est et sera profitable aux chauffeurs».

Une centaine de chauffeurs Uber ont manifesté mardi devant le siège de la société aux cris de «Uber voleur, Uber assassin !» pour protester contre la baisse de 20% des tarifs et du minimum de course passé de huit à cinq euros il y a quelques jours.

Ces réductions surviennent dans un contexte de concurrence exacerbée entre différentes applications pour séduire de nouveaux clients. «Il y a une guerre entre applications et les victimes c'est nous», explique David, chauffeur depuis quatre ans.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole d'Uber a répondu que «la grande majorité des VTC actifs sur Uber comprennent bien la logique de la baisse des prix et que cela leur est profitable», ajoutant que les chiffres de ce premier week-end à «moins 20%» venaient confirmer cette tendance.

«A nous de faire plus de pédagogie avec les 1% qui manifestaient ce matin. Les premiers résultats de cette baisse des prix montrent que les revenus ne baissent pas et qu'il y a plus de passagers», a ajouté ce porte-parole.

Les manifestants critiquent aussi le lancement de l'option Uberpool qui permet de partager la course avec d'autres clients dont l'itinéraire est proche et qui aboutit selon eux à une baisse de leurs revenus.

Plusieurs dizaines de chauffeurs Uber s'étaient déjà rassemblés dans le calme vendredi Porte Maillot à Paris pour protester contre la baisse des tarifs.