Journée du refus de la misère: Comment vit-on avec moins de 1.000 euros par mois?

TEMOIGNAGES Sarah et Gabrielle racontent à quoi ressemble un quotidien sous le seuil de pauvreté...

Céline Boff

— 

Une personne présente les brochures d'information sur le RSA mises à la disposition des usagers dans un centre de la CAF à Paris le 4 juin 2009
Une personne présente les brochures d'information sur le RSA mises à la disposition des usagers dans un centre de la CAF à Paris le 4 juin 2009 — Francois Guillot AFP

Mille euros. En France, 8,6 millions de personnes vivent chaque mois avec moins. Et sont donc considérées comme pauvres. A l’occasion de la Journée mondiale du refus de la misère, 20 Minutes a voulu savoir à quoi ressemble un quotidien passé sous le seuil de pauvreté.

« Il est fait de privations », résume Gabrielle, qui vit avec le RSA (1). Cette élégante quinquagénaire ne parle pas de coiffeur, de cinéma ou de vacances, mais « de repas et de soins, comme cette crème prescrite que l’on ne peut pas acheter parce qu’elle n’est pas prise en charge par la Sécurité sociale ».

« Quand on n’a rien, on est obligé de prendre un crédit pour tout »

« Me nourrir n’est pas la priorité », renchérit Sarah, jeune femme en fauteuil roulant. Après avoir séjourné quatre ans dans un centre d’accueil médicalisé, elle a été très heureuse de pouvoir enfin accéder à un logement. « C’est un pas vers l’autonomie mais en même temps, toutes les aides cessent, alors c’est dur ». Son allocation pour adulte handicapée lui permet seulement de payer les charges - loyer, électricité, assurances. Pour le reste, « il y a le crédit, c’est mon meilleur ami », sourit-elle. « Quand on n’a rien, on est obligé de prendre un crédit pour tout : pour se faire soigner les dents, pour acheter un vêtement… »

Sarah vit dans un petit village de la région de Montpellier : « Le transport, c’est le plus difficile. Il y a un bus qui passe, mais il n’est pas accessible aux personnes à mobilité réduite. Le seul véhicule dans lequel je peux monter doit être réservé deux semaines à l’avance et il coûte 2,50 euros… Ça peut paraître rien, mais pour moi, c’est une somme ».

« Le dentifrice, c’est fini »

Pour vivre, il faut privilégier le « système D », abonde Gabrielle. Cela consiste à coudre ses vêtements soi-même, chiner dans les vide-greniers, acheter ses produits en fin de marché. « Le dentifrice, c’est fini. J’achète du bicarbonate de sodium et de l’eau oxygénée et ça marche très bien », ajoute-t-elle. Sarah a un autre truc : elle passe aux Galeries Lafayette avant ses sorties. « Comme ça, je peux me parfumer gratuitement… ».

La seule chose à laquelle Gabrielle n’a pas voulu renoncer, c’est à une connexion Internet. « Elle me permet d’envoyer des CV et de garder le contact avec ma famille. » Gabrielle n’a pas toujours été pauvre. Exilée à l’étranger pendant vingt-trois ans, elle a dû rentrer en France après un chamboulement dans sa vie privée. Elle espérait trouver du travail. Elle n’y est pas arrivée.

Gabrielle a dû apprendre à être pauvre. « Quand on a passé sa vie à donner plutôt qu’à recevoir, il est très difficile de se mettre dans la position du demandeur… C’est d’autant plus dur que de nombreuses personnes se mettent à vous parler comme si vous étiez une enfant… Il faut abandonner tout orgueil, parvenir à la plus totale humilité », murmure-t-elle. « Mais il ne faut pas s’abandonner. Pour s’en sortir, il faut savoir compter sur son entourage, sur les associations et sur soi-même. »

« Pour obtenir de l’aide, il faut "faire pauvre" »

Il faut aussi accepter « de jouer le jeu de la société ». « La première fois que je suis allée réclamer une aide sociale, je portais un chemisier et un pantalon. On m’a demandé ce que je venais faire là. Je n’ai jamais eu de réponse. La deuxième fois, je suis venue en jogging et là, on m’a pris en main… J’ai compris que pour obtenir de l’aide, il faut "faire pauvre" ». Mais ce n’est pas tout le temps le cas : « Quand vous recherchez un emploi, vous devez avoir l’air d’un gagnant… ».

Alors Gabrielle s’est mise « à jouer des rôles », s’habillant comme une « pauvre » pour recevoir l’aide minimum, comme une « riche » pour tenter de rebondir. Ce qui n’est pas facile : « Quand tu n’as plus de statut social ni familial, le regard de la société devient très négatif. Quand tu n’as plus rien, tu deviens plus personne », avance Gabrielle.

D’après une étude réalisée par l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (ONPES), le budget nécessaire pour participer pleinement à la vie sociale, autrement dit pour vivre et non survivre, s’élève à 1.424 euros par mois pour une personne seule et à 3.284 euros pour un couple avec deux enfants.

(1) Tous les propos ont été tenus à l’occasion du colloque international « Quel budget minimum pour participer à la vie sociale ? » qui s’est tenu le 13 octobre au ministère des Affaires sociales.