Pendant les restructurations, les problèmes continuent

©2007 20 minutes

— 

Les chefs changent mais les difficultés restent. Airbus a été confronté au cours des derniers mois à de graves dysfonctionnements industriels, qui l'ont contraint à s'engager dans un vaste plan de restructuration. Déjà, il a pris deux ans de retard dans la livraison de sa vedette géante, l'A380. De plus, il a dû modifier totalement son projet d'A350, au prix d'importants délais alors que le Dreamliner du concurrent américain Boeing sort déjà des hangars. Enfin, malgré un carnet de commandes plein, l'avionneur européen est confronté à des coûts trop élevés, aggravés par l'euro fort qui rend ses produits plus chers à l'exportation.

Du coup, l'entreprise a accusé au premier trimestre une perte de 69 millions, contre un bénéfice de 684 millions un an plus tôt. Pour faire face, un plan de restructuration baptisé « Power 8 » a été lancé. Il prévoit la vente partielle ou totale de six usines européennes et 10 000 suppressions d'emplois, pour économiser 2,1 milliards d'euros par an à partir de 2010.